incestelivre

5 livres de témoignages féminins sur l’inceste

Des larmes dans les yeux et un monstre par la main – Kathya de Brinon

Année 1948. Âgée de quelques mois, Muriel sera confiée à ses grands-parents paternels. Aimée tendrement pendant neuf belles années, elle ne retrouvera le foyer parental que pour son malheur. Son grand-père maternel, le Monstre, la violera et la prostituera. Parler lui sera impossible : son Monstre menace de mort ceux qu’elle aime le plus. A onze ans, elle se confiera enfin. Son père l’aidera peu, sa mère la culpabilisera sa vie durant. Elle sombrera dans la dépression, la boulimie, l’anorexie. Adulte, sous l’emprise d’un homme alcoolique et violent, elle sera violée. Enceinte, elle deviendra maman d’un enfant qui deviendra le seul sourire de sa vie. Un psychiatre hors du commun lui permettra de tuer Muriel et de faire naître Kathya…

Lire : Livre témoignage de Kathya de Brinon « Des larmes dans les yeux et un monstre par la main »

Vivre – Isabelle Maillot

Chacun de nous porte en lui ou en elle une histoire différente. Ces pages relatent la mienne, un récit émaillé de douleurs mais aussi de joies. Malgré toutes les difficultés que j’ai rencontrées, j’ai réussi à me battre et je me battrai encore.

Ce que j’ai subi dans mon enfance, l’inceste répété pendant deux ans, aurais pu me briser, me détruire. Mais il ne m’a pas tuée. En saisissant toutes les perches que l’on a bien voulu me tendre, en trouvant mon véritable père, en devenant mère alors qu’a priori cet espoir m’était interdit, en recourant aux services de thérapeutes, je me suis reconstruite.

Je n’ai rien oublié, mais j’ai appris à vivre avec cette chose au fond de moi, à la transcender. Il me restait à dire ma Vérité. C’est maintenant chose faite.

Lire : Isabelle Maillot veut venir en aide aux victimes d’inceste

Je reviens de loin – Fanny Dattée  

La perversion familiale se traduit d’une façon générale par une emprise psychologique et émotionnelle malsaine des parents et toutes les violences psychologiques que cela implique.
Pour ma part, elle s’est exprimée par l’irresponsabilité de mes parents, l’inceste et l’amnésie traumatique, le fait d’avoir normalisé des choses anormales quand j’étais enfant. J’avais normalisé la maltraitance psychologique et la négligence parentale, j’avais normalisé les addictions (drogues) de mes parents ainsi que leurs vices. J’avais
normalisé cette perversion qu’un enfant n’a pas à subir et continué de le normaliser adulte jusqu’à ce que je me rende compte avec mes propres enfants que ce que j’avais vécu n’était pas normal et sain.

Lire : Perversion familiale : un livre-témoignage pour briser le tabou

Dans la lumière – Aline Farran

Après une enfance meurtrie par un père alcoolique et violent, Aline Farran se réfugie dans la culture hip-hop et devient, au milieu des années 1990, Lady Laistee, l’une des premières rappeuses françaises. Mais elle doit affronter une nouvelle tragédie avec l’assassinat de son jeune frère. Elle lui écrit alors un morceau-hommage : « Et si ?… » la révèle au grand public. En plein succès, elle est terrassée par un accident vasculaire cérébral. Ce sera sa rencontre inattendue avec la foi qui redonnera un sens à sa vie et lui permettra de se reconstruire.

Lire : Lady Laistee, après 14 ans d’absence et un livre choc : “Je devais m’arrêter…”

l autruche

Le confort de l’autruche -Martine Magnin

“Tu sais, Jenny, derrière ces murs, on enferme les petites filles qui parlent trop.”

Petite fille docile et sensible, Jenny passe les sept premières années de sa vie dans le mensonge et la douleur. Elle survit, et raconte avec courage et détermination la maltraitance sexuelle et le déni familial. Le ton, sobre et pudique, est celui d’une violence rentrée et maîtrisée sous forme d’interrogations quant au rôle d’une mère.

Plutôt que de se concentrer sur les agissements du prédateur et d’accuser, “Le confort de l’autruche” dénonce avant tout le comportement des proches, mère et grand-mère, engluées dans leurs mensonges, leur passivité et leur confort organisé. Toute la particularité de ce texte se situe dans l’évocation d’une tacite malfaisance familiale et affective.

Lire : Le confort de l’autruche de Martine Magnin chez Fauves Editions

Si d’autres livres vous ont marqué, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires !

Partager, c'est nous soutenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.