conséquences psychologiquesPersonnes âgées

Abus sexuels : les personnes âgées également victimes

« Les abus sexuels et le viol des personnes âgées restent tabous. Cela reste en grande partie non signalé et non détecté et donc invisible ». Ces mots sont ceux de Rosa Kornfeld-Matte, Experte Indépendante chargée de promouvoir l’exercice par les personnes âgées de tous les droits de l’homme, à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation aux mauvais traitements infligés aux personnes âgées, le 15 juin. Ainsi, selon l’ONU, une personne âgée sur six a été victime de maltraitance dans son environnement au cours de l’année écoulée. Et cette proportion devrait s’accroître compte tenu du vieillissement de la population observé dans de nombreux pays. Or l’Organisation signale que « la maltraitance des personnes âgées peut entraîner de graves traumatismes physiques et avoir des conséquences psychologiques à long terme ».

Au cours de son intervention, Rosa Kornfeld-Matte a aussi souligné que les auteurs des abus sexuels ne sont pas nécessairement des personnes inconnues : « Malheureusement, la plupart des agresseurs sont des membres de la famille, des parents ou d’autres personnes de confiance qui occupent habituellement des postes de soins. Cela explique la nature intrinsèquement sensible de la question ». De plus, selon les Nations Unies, « les stéréotypes négatifs, comme le fait que les personnes âgées ne sont pas des êtres sexuels, leur plus grande dépendance à l’égard des autres, leur loyauté envers les membres du personnel ou les résidents, sont des obstacles uniques au signalement, à la détection et à la prévention des agressions sexuelles dans les maisons de retraites et de soins ».

Auteur: PIXEL6TM

Partager, c'est nous soutenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.