Agressions sexuellesannuaireViolViolences sexuelles

Agressions sexuelles : Lila, le chatbot qui aide les victimes

Cet outil est destiné à aider les jeunes filles victimes de violences psychologiques et physiques.

par Julie Thomas12 juillet 2019

«Bonjour Alexia, je m’appelle Lila! Je suis le robot d’Elle Cætera, spécialement conçu pour accompagner les jeunes femmes d’Île-de-France qui ont subi des cas de harcèlement ou de violences sexuelles» : Lila, chatbot Android, prend deux minutes montre en main pour analyser la situation.

Une aide numérique 2.0

Pour toucher un public jeune, la fondatrice d’Elle Cætera se lance sur Messenger, l’application mobile de messagerie instantanée. Chatbot en ligne, Lila pose des questions simples. Réponses à choix multiples à la clé. Pas besoin, pour la victime, d’expliquer son agression. Au fil de la conversation, Lila identifie le type d’agression. Proposition de structures adéquates, coordonnées précises, explications juridiques… Le tout dans un langage clair.

Dans la rue, dans les transports – ou encore dans l’intimité – les jeunes filles se font constamment embêter. Agresser. Voire violenter. Mais à qui en parler quand la honte est là ? Vers qui se tourner quand l’angoisse et la solitude apparaissent ? Comment mettre des mots dessus en évitant de revivre la scène ? A ces questions, Lila tente progressivement d’y répondre depuis le 15 mars dernier. Son but : aider les femmes à en parler. Le tout dématérialisé, pour faciliter la première approche.

Une association engagée

Cette aide numérique 2.0, c’est l’association Elle Cætera qui en est à l’origine. Depuis sa création en 2018, Alexia Lerond lutte pour aider les femmes. La fondatrice s’appuie sur le web : utile pour améliorer leur prise en charge. Consciente que le besoin d’accompagnement dépasse Internet, l’association va plus loin.  Les spécialistes sont vivement recommandés en fin de conversation.

Pour affirmer que les jeunes femmes sont des victimes régulières, Elle Cætera s’appuie sur des chiffres personnels. Sur un petit échantillon de 35 femmes, l’association réalise sa propre étude. Résultat : une femme sur trois a déjà été harcelée ou a déjà subi des violences sexuelles ; 65% d’entre elles ne connaissent pas les structures d’aide et de soutient et 71% estiment que l’analyse d’un robot les inciterait à se faire aider.

Selon une étude Ifop, 60% des femmes de moins de 25 ans ont été « victimes d’une forme d’atteinte ou d’agression sexuelle dans la rue au cours des douze derniers mois ».

A ce jour, l’application est réservée aux résidantes d’Ile de France. Alexia Lerond espère l’étendre d’ici 6 mois à l’échelle nationale. La présidente de l’association reste lucide : son chatbot ne remplace en aucun cas la prise en charge humaine.

Harcèlement, viol, agression ou encore exhibition : la violence sexuelle connait bien des formes différentes. Pour l’instant, 150 utilisatrices ont été aidées par Lila.

Source : Neon

Accéder au chabot : Elle Caetera

Partager, c'est nous soutenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.