Annuaires

Annuaires pour les victimes de l’inceste – groupes de parole par département, psychologues pour le trauma, associations juridiques pour les victimes de l’inceste.

Groupes de parole

Par département

Liste de groupes de parole destinés aux adultes qui ont été victimes de l’inceste ou de violences et d’agressions sexuelles.

Cette liste vous est fournie à titre informatif et nous nous efforçons de la tenir à jour. Certains groupes peuvent être amenés à disparaître ou à naître. Certaines coordonnées peuvent changer. Nous ne pouvons être tenus responsables de modifications éventuelles, ni de vos expériences personnelles.

Pour tout groupe existant non référencé, merci de nous contacter.

Psychologues

Annuaire PSY

Association Francophone du Trauma et de la Dissociation (AFTD)

Annuaire TCC

Association du Languedoc Roussillon en Thérapie Cognitive et Comportementale (ALRTCC)

Annuaire EMDR

Association EMDR France

Hopitaux

Traumapsy

CMP

Les Centres Médico-Psychologiques par villes

Centre de victimologie

CPIV – consultations d’évaluation et d’orientation – Paris et alentours

Associations

France – CNRR

33- CAUVA 05 56 79 87 77

34- ADIAV / INAVEM 0467606178

75 – Coup de pouce 01 82 09 00 55

75 – CPIV 01 43 80 44 40 

75 – L’Enfant Bleu 01 56 56 62 62

92 – AFTVS 01.56.47.03.49

92 – Enfance majuscule 06 38 10 54 23

Juridique

UAMJP – JO Sénat du 28/03/2019

Recherchez UAMJP + Ville sur votre navigateur

Les unités d’accueil médico judiciaires pédiatriques et psychiatriques permettent : un accueil dans un lieu adapté par des professionnels de l’enfance ; un parcours judiciaire simplifié, dans une unité de temps et de lieu favorable au bien-être des mineurs et donc au recueil de la preuve ; un recueil de la parole du mineur dans les conditions clairement établies : un psychologue assurant le soutien de l’enfant ; un psychologue expert intervenant comme aide à l’audition, assistant à l’audition derrière la glace sans tain ; une recherche de la preuve à travers tous les examens justifiés par les faits déclarés, à la fois clinique, photographique, radiographique, biologique, génétique… ; un premier déchocage psychologique en rapport à la fois avec les faits déclarés, mais aussi d’une certaine façon malgré le savoir-faire des personnels de ces structures en rapport avec les différents examens souvent traumatisants ; un premier soin, en fonction du type d’agression, concernant les préventions des infections sexuellement transmissibles, de la grossesse ; une prise en charge immédiate par une équipe spécialisée pédiatrique, pédopsychiatrique, psychologique, et l’orientation vers une prise en charge adaptée à la fois aux traumatismes physiques, et aux traumatismes psychologiques ; une première évaluation de la possibilité de la famille, ou des structures d’accueil d’assurer les besoins fondamentaux des mineurs. Il existe déjà un réseau d’une soixantaine d’unités en France, résultant de partenariats locaux, associant le ministère de la Justice, pour le paiement des actes réalisés sur réquisition judiciaire, le ministère des solidarités et de la santé, par la mise à disposition de personnels et de locaux et le milieu associatif. La qualité du travail effectué dans ces unités justifie une réflexion sur le développement de ce dispositif dans le cadre de partenariats locaux.

UAMJP
Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI)

qui est rattachée à chaque Tribunal de Grande Instance

Le Service d’Aide au Recouvrement des Victimes d’Infractions (SARVI) du Fonds de Garantie complète le système d’indemnisation des victimes d’infractions pour les victimes qui ne peuvent être indemnisées devant les CIVI.

64, rue Defrance
94682 Vincennes Cedex
Tél. 01 43 98 77 00

39, bd Vincent Delpuech
13281 Marseille Cedex
Tél. 04 91 83 27 27

Associations d’information et/ou d’accompagnement juridique

ADAVEM JP : Victimes directes et indirectes, qu’elles soient mineurs ou majeures, et leur famille, d’infractions pénales (homicides, viols, violences conjugales, agressions sexuelles, violences volontaires, atteintes aux biens, etc.)

ADIAV : L’ADIAV vous propose un soutien juridique SANS rendez-vous avant, pendant et après le procès pénal.

AJADDE : L’association a pour objet de promouvoir la protection de l’enfance, qu’il s’agisse des mineurs délinquants (volet pénal) ou des mineurs en danger(volet civil comprenant l’assistance éducative et la place de l’enfant lors de la séparation de ses parents), en réunissant les professionnels intervenant dans ce domaine (avocats, magistrats, éducateurs, administrateurs ad hoc, enquêteurs…) afin de mener des actions de réflexion, de créer des outils d’information et de prévention utiles à tous les intervenants et d’organiser des événements (formations, colloques…) pour atteindre ce but. L’association a été créée en septembre 2016 par trois avocats inscrits au Barreau d’Angers : Maître Isabelle OGER-OMBREDANE, Maître Monika PASQUINI et Maître Jean de BARY. assojadde@gmail.com . Twitter/Facebook : @AssoJADDE

L’ange bleu : Vous avez été victime d’agressions sexuelles au cours de votre enfance ? Vous avez eu jadis des relations sexuelles avec un adulte et vous ne savez plus aujourd’hui quoi penser ? L’un de vos proches a été victime, une personne de votre entourage est pédophile ? L’objectif de l’ANGE BLEU est de VOUS AIDER – 06 84 97 72 39

APAVIM : Vous pouvez vous rendre à une permanence sans rendez-vous ou, pour convenir d’une rencontre auprès des divers lieux d’accueil, nous contacter au 05 59 27 91 23. Le siège de l’APAVIM se situe Villa Bois Louis, Stade Tissié, Avenue Gaston Lacoste à PAU. Nous vous accueillons au siège de l’association sur rendez-vous au 05 59 27 91 23 ou au cours de permanences tous les jeudis après-midis (sans rendez vous)

Association le Mas : Vous pouvez prendre contact avec le service Info-droits-Victimes : • Que vous soyez victime directe ou indirecte. • Que vous soyez majeur ou mineur. • A tout moment de la procédure judiciaire. • Que vous ayez déposé plainte ou non. • Que les faits soient récents ou anciens

CAUVA : La cellule d’accueil d’urgences des victimes d’agressions (CAUVA) est une structure destinée à accueillir en urgence toutes victimes d’agression et leur entourage. La cellule d’accueil d’urgences des victimes d’agressions (CAUVA) est une structure destinée à accueillir en urgence toutes victimes d’agression et leur entourage. Les médecins légistes examinent les personnes pour constater les coups, blessures et effectuer les prélèvements nécessaires. Uniquement dans le cas d’un dépôt de plainte, un rapport est établi et remis aux autorités judiciaires.
Dans le cas des violences intrafamiliales, une évaluation est organisée, le rapport du médecin légiste est conservé dans le cas où la victime ne souhaite pas porter plainte dans l’immédiat.

CIDFF : Les services d’accès au droit des CIDFF proposent une information juridique confidentielle et gratuite, assurée par des juristes expérimenté(e)s sur le droit pénal et l’aide aux victimes

Conseils départementaux d’accès au droit : permanences juridiques gratuites par département.

Coup de pouce: Coup de Pouce – Protection de l’Enfance propose une aide sur le plan juridique à des enfants victimes de maltraitance, des adultes ayant été victimes durant leur enfance et les accompagne dans leur processus de reconstruction.

Défenseur des droits auprès des enfants : Le Défenseur des droits peut être saisi lorsque les droits d’un enfant ne sont pas respectés ou qu’une situation met en cause ses intérêts. Le Défenseur des droits intervient dans les domaines suivants : justice pénale, protection de l’enfance (saisine des services compétents par exemple de l’aide sociale à l’enfance)

Enfance majuscule : Pour dépister et prendre en charge l’enfant maltraité ou en risque de maltraitance, Enfance Majuscule reçoit les informations, les vérifie, les prend à sa charge, et suit les dossiers jusqu’à ce que les enfants soient protégés. Sans se substituer aux services sociaux ou à la justice, Enfance Majuscule met tout en œuvre, en liaison avec les autorités compétentes, pour que chaque enfant en danger bénéficie du soutien et de la protection auxquels il a droit dans une société civilisée. L’association accueille pour des consultations juridiques ou psychologiques, toute personne confrontée à des situations de maltraitances à enfants. Elle se porte partie civile aux côtés des victimes, afin de dénoncer les carences et les dysfonctionnements de notre système de protection de l’enfance, et permettre à la parole des enfants d’être entendue.

Enfance et partage : Accompagnement juridique, constitution de partie civile lors des procès, accompagnement sur mesure au 0 800 05 1234 , appel gratuit

INAVEM : L’Inavem apprend par exemple aux victimes qu’un procès civil leur permet d’espérer des dommages et intérêts plus importants ou qu’un procès pénal, moins intéressant financièrement, les décharge de l’obligation de payer les expertises. De même il les aide dans leurs démarches auprès de la commission d’indemnisation des victimes d’infractions pénales (Civi), installée dans chaque juridiction et composée de trois personnes dont un magistrat. Cet institut indique aux victimes les documents à présenter pour recevoir une provision destinée à payer un psychothérapeute ou, une fois le procès terminé, pour obtenir de l’État le paiement des dommages et intérêts lorsque le condamné est insolvable. 01 41 83 42 00 ou le n° national 08 VICTIMES, soit le 08 842 846 37 (prix d’appel local)

Innocence en danger : Considérant que la reconstruction de l’enfant victime passe par la justice, Innocence en Danger met tout en oeuvre pour une mise en relation des victimes avec des avocats. Afin de mobiliser l’opinion publique sur les dysfonctionnements majeurs des services de l’état, Innocence en danger se constitue partie civile dans des dossiers emblématiques. Parce que l’écoute et le soutien du parent protecteur sont fondamentaux dans le réapprendre à vivre de l’enfant victime, Innocence en Danger tient une permanence juridique gratuite à l’attention du parent protecteur.

La voix de l’enfant : La Voix De l’Enfant organise chaque mercredi après-midi, une permanence juridique téléphonique.  Très sollicitée pour des problèmes de droits de visite et d’hébergement, de maltraitances sexuelles et physiques ainsi que pour des situations concernant des mineurs isolés étrangers, l’équipe des avocats et juristes apporte des réponses adaptées aux besoins des enfants. La permanence est joignable tous les mercredi de 14h30 à 18h au 01 40 22 03 05.

L’enfant bleu : L’association L’Enfant Bleu – enfance maltraitée propose une assistance juridique adaptée à chaque situation. Ainsi, cette aide s’adresse aux victimes de maltraitance et à leur famille.  Lors du premier contact, un bilan juridique de la situation est réalisé. L’accompagnement juridique s’adresse également aux personnes extérieures à la famille, aux professionnels connaissant un enfant en situation de danger et envisageant d’agir pour le protéger.

PAV75 : Paris Aide aux Victimes est mandaté par le Procureur de la République pour apporter soutien psychologique, information sur les droits et aide dans les démarches aux Victimes. PAV participe aux réunions d’information organisées par la Mairie de Paris. Pour rencontrer gratuitement un juriste, un psychologue ou une assistante sociale :
01 83 62 25 05 ou 07 88 70 70 38

Planning familial : Nous faisons de l’écoute et nous orientons, accompagnons et suivons les personnes dans leurs démarches administratives, sociales, juridiques et médicales.

Protection victimes : L’APACS aide les victimes à s’entourer de professionnels qualifiés. L’APACS travaille avec des avocats, des psychiatres et des psychologues spécialement formés et impliqués dans la prise en charge des victimes, ce afin de pouvoir offrir le meilleur accompagnement possible.
L’APACS a notamment organisé un séminaire de formation à l’Université Paris-Descartes avec le Pr. Edna Foa, spécialiste reconnue dans le domaine des thérapies comportementales appliquées aux victimes de viols. contact@protection-victimes.com

Psylégal : Antenne de Psychologie et de Psychiatrie Légales dirigée par le Dr Roland Coutanceau, psychiatre, chef de pôle et expert national. un espace de consultations spécialisées gratuites non-sectorisées à destination des auteurs de violence sexuelle et des victimes de violence (sexuelle ou non).

SOS inceste pour revivre : L’association peut proposer un premier entretien téléphonique avec un(e) avocat(e) pour mieux appréhender chaque situation sur un plan juridique.

116 : Les victimes sont mises en relation avec les organismes de proximité compétents notamment les associations locales d’aide aux victimes conventionnées par le ministère de la Justice. Ces associations vont pouvoir offrir aux victimes une aide psychologique adaptée aux circonstances, une information sur leurs droits et un accompagnement social dans toutes leurs démarches. Ce numéro gratuit, animé par la fédération France Victimes, est une porte d’entrée unique pour toutes les victimes, proches et témoins directs. A l’autre bout du fil, un professionnel informe, en temps réel, dans le respect de l’ anonymat. Le 116 006 est disponible 7j/7 de 9h à 19h, tous les jours de l’année. En dehors de ces horaires, et en cas de pic d’appels, une messagerie interactive vous permet de composer votre numéro de téléphone afin d’être rappelé sur celui-ci. En dehors de la France métropolitaine, le numéro d’aide aux victimes est joignable au +33 (0)1 80 52 33 76 (n° non surtaxé). France Victimes met également à disposition des victimes une adresse mail : victimes@france-victimes.fr.

Ministère de la Justice

Annuaire des associations d’aide aux victimes (Ministère de la Justice) : Les associations d’aide aux victimes écoutent, informent et orientent toutes les personnes ayant subi un préjudice corporel, matériel et/ou moral.

Secrétariat d’état chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes

Les associations près de chez vous : Pour les victimes, professionnels et témoins

Ministère de l’Intérieur

#Nerienlaisserpasser : Victime de violences sexuelles ou sexistes, un portail de signalement gratuit, anonyme et disponible 24h/24. Ce portail vous assure un accueil personnalisé et adapté par un policier ou un gendarme. Il est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Partager, c'est nous soutenir !