inceste

Elle des chambres – de Laurence Veilleux : pour en finir avec la laideur

Publié le
Elle sourit au micro.
La poète Laurence Veilleux   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Laurence Veilleux s’était démarquée avec Chasse aux corneilles et Amélia, des recueils poignants qui ont tracé la voie à son dernier ouvrage, Elle des chambres. La poète rimouskoise poursuit son exploration de thèmes comme le viol et l’inceste dans un troisième recueil encore plus intime, où elle se place au centre du récit.

« Je ne sais habiter
que la honte
où chaque geste me ramène

je presse la pulpe des doigts
devient blanche revient rouge

je calcule adroitement
le chemin du sang qui passe. »

– Laurence Veilleux

Elle des chambres, Poètes de brousse, 29 avril 2019
Mot de l’autrice : Les chambres, ce qui s’y passe une fois les portes fermées. Ou pire, ce qui s’y passe à la vue de tous et sans cri. Je retourne à l’enfance, une fois de plus, y cherche ce qu’on m’a appris des choses du sexe. Les jeux avec les autres enfants dans la cour d’école. Les images cachées dans la table de chevet de grand-père. Ce que je veux dire, aussi, c’est inceste. C’est vieux comme le monde et je me répète, je tourne en rond. Par la force des choses, je me mets la face dans ce que je nommais ailleurs, à tâtons.

Source: Radio-Canada.ca