Conséquences psychotraumatiques

L’évolution du traitement des traumatismes Bessel van der Kolk partage son espoir pour l’avenir dans ce domaine.

Publié le

La plupart des gens pensent que le traitement des traumatismes a commencé vers 1980, lorsque le diagnostic du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) a été inclus pour la première fois dans le DSM à la suite d’un mouvement chez les anciens combattants du Vietnam. Mais l’on pourrait remonter bien au-delà d’un siècle, aux travaux de Charcot et Pierre Janet à la Salpêtrière à Paris. En fait, Janet, en particulier, a formulé la plupart des problématiques pertinentes sur le traumatisme qui sont redécouvertes aujourd’hui, comme continuellement revivre son traumatisme, se dissocier, avoir du mal à intégrer ses nouvelles expériences et à continuer à vivre sa vie. Janet a surtout eu recours à l’hypnose auprès de patients atteints de traumatismes et hospitalisés pour les aider à mettre fin à cette expérience. Mais son travail a été largement éclipsé par celui de Sigmund Freud, en partie parce que reconnaître pleinement l’impact dévastateur du traumatisme est trop lourd à porter tant pour les professionnels en santé mentale que pour les politiques. Par exemple, Freud et son mentor, Joseph Breuer, ont écrit des études remarquables sur la nature des traumatismes dans les années 1890, mais ils les ont ensuite désavouées car suggérer l’existence de l’inceste dans les familles bourgeoises à Vienne était trop troublant pour leurs collègues.

Depuis, le trauma n’a cessé de passer de la reconnaissance du rôle dévastateur à long terme qu’il peut avoir dans la vie des gens à la clandestinité face à la résistance à cette idée. L’horreur de la guerre des tranchées a conduit à une large reconnaissance des symptômes du choc des obus pendant la Première Guerre mondiale, mais en 1917, l’état-major britannique a publié un édit interdisant aux militaires d’utiliser le terme de choc, car ils pensaient que cela minerait le moral des soldats. La même chose s’est produite après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le monde a rapidement oublié le prix à payer pour envoyer de jeunes hommes (et maintenant des femmes) au combat. Pourtant, tous les symptômes dont les journaux parlent – les suicides, la toxicomanie, la violence familiale, les sans-abris et le chômage chronique – ont été bien documentés après chaque guerre dont on se souvient, dont la guerre civile américaine.

Toutefois, dans les années 1980, grâce au travail de nombreuses personnes comme Charles Figley, un Marins vétérinaire du Vietnam, qui a écrit un livre intitulé ”Trauma and Its Wake” et a lancé la Société Internationale pour l’Études du Stress Traumatique, la psychiatrie et la psychologie classiques ont porté un intérêt croissant au trauma. À cette époque, Judith Herman et moi avons commencé à étudier la relation entre le trouble de la personnalité limite, le comportement d’automutilation et les traumatismes et négligences vécus dans l’enfance de la part des personnes ayant autorité sur eux. Cependant, au début des années 1990, tout comme en 1902, 1917 et 1947, lorsque le mouvement de traumatologie a commencé à prendre de l’ampleur, il y a eu un contre-courant.

Cette fois-ci, c’est le mouvement du syndrome du faux souvenir qui a tenté de discréditer les témoignages d’abus que nos patients nous ont relatés, en les qualifiant de résultat de l’implantation systématique de faux souvenirs dans leur esprit par des thérapeutes. Une grande partie de ce mouvement a été encouragé par l’Église Catholique qui faisait face à d’innombrables accusations d’abus sexuels sur les enfants de la part de prêtres, mais aussi par des psychologues qui pouvaient bien gagner leur vie dans un cadre médico-légal en mettant en cause ces plaintes de victimes. Après que les actions en justice contre l’église aient été réglées, l’industrie du faux souvenir a disparu avec elle.

L’un des résultats de cette controverse fut que le domaine de la traumatologie se divisa en deux domaines de développement parallèles, le financement de la recherche étant essentiellement alloué aux militaires et aux anciens combattants. L’autre domaine de recherche – la violence et la négligence envers les enfants et les études sur les femmes – était sous-financé et donc incapable de réunir suffisamment d’études de qualité pour déterminer scientifiquement comment traiter au mieux cette population. Par conséquent, notre domaine est devenu celui des revendications passionnées, mais avec peu de preuves scientifiques tangibles.

Néanmoins, certaines évolutions clés (ou, plus précisément, dans la plupart des cas, des redécouvertes) ont fait progresser le traitement des traumatismes. L’une d’entre elles a été la conscience du rôle que joue la dissociation à la suite d’un traumatisme et de la façon dont, sous des formes diverses, le traitement doit aborder les structures personnelles qui peuvent se faire concurrence ou se compléter lorsqu’on est en état post-traumatique. Une autre avancée majeure a été l’émergence de l’EMDR dans les années 1990, la première approche qui a montré que nous n’avions pas besoin de nous servir de médicaments ou des thérapies traditionnelles pour que les victimes puissent laisser leurs souvenirs derrière elles. De même, la psychothérapie corporelle a constaté que ” le corps garde les séquelles” en matière de traumatismes et a redynamisé les approches somatiques, tels que la méthode Hakomi et la psychothérapie sensorimotrice pour aider les victimes à sortir du schéma combat / fuite / blocage.

Grâce au Neurofeedback, nous explorons la capacité de reconfigurer des cerveaux enfermés dans l’immobilisme et la terreur, et nos premières études publiées sur ce processus montrent comment les enfants et adultes traumatisés peuvent apprendre à changer la façon dont leur cerveau se régule. Nous avons redécouvert que le vrai changement s’opère mieux lorsque l’esprit est ouvert. La pleine conscience permet aux gens de devenir attentifs à leur corps et peut leur permettre de se sentir en sécurité. En fait, notre recherche financée par le NIMH montre que le yoga semble plus efficace que tout autre médicament pour traiter le SSPT.

Être capable d’être conscient est une condition préalable nécessaire au changement. Les hypnothérapeutes savent depuis longtemps que le fait de mettre les gens en état de transe peut faciliter l’intégration du traumatisme dans leur conscience globale. Plus récemment, les Systèmes Familiaux Internes et les approches qui utilisent des psychotropes comme la MDMA ont démontré comment amener les gens dans des états de conscience altérés où ils peuvent réellement s’observer et développer un sens d’auto-compassion qui leur permet d’intégrer leur moi dissocié du passé dans un état de calme mental dans le présent.

Pendant tout ce temps, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) a recueilli le plus de soutien à la recherche, même si nous savons que toute la partie cognitive du cerveau s’arrête lorsque les gens sont traumatisés, ce qui déclenche sa partie primitive de survie. Donc, utiliser la TCC avec le traumatisme, c’est comme dire à quelqu’un qui a une jambe amputée de se mettre à la course. Cela peut certainement donner aux gens un sens de la perspective sur leurs options d’adaptation lorsqu’ils sont dans un bon état d’esprit, mais cela a une valeur limitée en cas de traumatisme grave.

L’approche TCC la plus couramment utilisée pour traiter les traumatismes est la thérapie d’exposition, qui suppose que la désensibilisation d’une personne aux déclencheurs antérieurs est la meilleure façon de l’aider à être moins affectée par ses souvenirs. Le problème, c’est que la désensibilisation mène à un manque global de sentiments et d’engagement, donc quand vous êtes désensibilisé par votre traumatisme, vous êtes aussi désensibilisé à la joie, au plaisir, à l’engagement et à tout le reste. Désensibiliser les gens ne devrait pas être le but du traitement : nous devrions plutôt les aider à réaliser que oui, cela m’est arrivé il y a des années, mais pas aujourd’hui ; aujourd’hui est un jour différent et je ne suis plus la personne que j’étais à ce moment-là. Ce type d’intégration implique un réseau neuronal différent du réseau neuronal de désensibilisation.

Mon espoir pour le traitement des traumatismes, c’est que nous apprenions à aider les gens à mettre leur imagination au service de leurs possibles. Par exemple, je participe à plusieurs programmes de théâtre pour les enfants à risque élevé, afin qu’ils puissent faire l’expérience de ce que cela fait d’être une autre personne. Ils ont l’occasion de dire : ” Oh, c’est ça que ressent un puissant Général “, plutôt que ” Personne ne m’aime, tout le monde me déteste, on va me faire du mal “.

Je pense que le théâtre et les nouvelles techniques, comme le Neurofeedback, peuvent jouer un rôle important pour calmer le cerveau et l’aider à devenir organisé et plus en contact avec le corps. Dans notre culture, nous dépendons trop souvent de l’alcool et de la drogue pour nous sentir mieux. La contribution la plus importante que le monde de la thérapie, y compris la traumatologie, peut apporter au plus grand nombre est de donner aux gens un meilleur accès à leur système inné d’autorégulation – la façon dont ils se déplacent, respirent, chantent, interagissent avec les autres – pour leur faire découvrir leurs ressources d’auto-régulation de manière différente, notamment lorsque leur existence se complique.

Source : Psychotherapy Networker

Abus physique

Comprendre et traiter les survivants de l’inceste

Publié le

Les adultes qui ont été victimes de violence pendant leur enfance présentent un défi particulier pour les thérapeutes. Par exemple, ces clients ont souvent de la difficulté à établir et à maintenir une alliance thérapeutique. Leur vision du thérapeute peut rapidement passer de très favorable à très défavorable en fonction de leurs états émotionnels fluctuants. De plus, ils peuvent anxieusement penser que le thérapeute va les abandonner et ainsi augmenter la pression sur le thérapeute pour qu’il leur prouve le contraire. Ironiquement, les tentatives de sécurisation de la part du thérapeute peuvent en fait avoir pour effet de valider les craintes d’abandon chez ces personnes.

Pour nombre d’entre eux, la méfiance à l’égard des gens en général en est la cause – et souvent pour à juste titre. Cet article explore les aspects psychologiques et interpersonnels de l’abus sexuel d’un enfant par un parent et son traitement, avec une emphase particulière sur sa relation au traumatisme de la trahison, la dissociation et le trauma complexe.

Les mauvais traitements infligés aux enfants par leurs parents, quels qu’ils soient, constituent une expérience particulièrement négative qui touche souvent les survivants à des degrés différents au cours de leur vie. Cependant, l’abus sexuel d’enfant commis par un parent ou un autre membre de la famille – c’est-à-dire l’inceste – est associé à des symptômes psychologiques et des blessures physiques particulièrement graves pour de nombre de survivants. Par exemple, les survivants de l’inceste père-fille sont plus susceptibles de se sentir dépressifs, meurtris et psychologiquement blessés que les victimes d’autres types de violences. Ils sont également plus susceptibles de déclarer avoir été éloignés de l’un ou des deux parents et d’avoir été méprisés lorsqu’ils ont voulu relater leur expérience. Les autres symptômes incluent une faible estime de soi, le dégoût de soi, la somatisation, une faible auto-efficacité, des difficultés interpersonnelles omniprésentes et des impressions de saleté, d’inutilité, de honte et d’ impuissance.

L’une des conséquences particulièrement dommageable de l’inceste est l’association traumatique, dans laquelle les survivants incorporent les idées aberrantes de leurs agresseurs au sujet de la relation incestueuse. Ainsi, les survivants associent souvent l’abus à une forme de relation affective qui, par la suite, influence négativement leur choix de relations amoureuses. Cela peut souvent mener à une série de relations abusives.

Selon Christine Courtois (Healing the Incest Wound : Adult Survivors in Therapy) et Richard Kluft (“Ramifications of Incest” – Psychiatric Times), une plus grande sévérité des symptômes est corrélée à :Durée d’abus plus longue / Épisodes fréquents d’abus / Pénétration / Degré élevé de force, de contrainte et d’intimidation / Inceste transgénérationnel / Un agresseur de sexe masculin / Proximité de la relation / Participation passive ou volontaire / Avoir une réponse physique au stimuli / Blâme de soi et honte / Inceste observé ou signalé qui se poursuit / Blâme parental et jugement négatif / Échec des réponses institutionnelles : honte, blâme, efforts inefficaces / Début à la petite enfance

L’inceste qui commence à un jeune âge et se poursuit pendant de longues périodes – la durée moyenne de l’inceste étant de quatre ans – entraîne souvent des comportements d’évitement (par exemple, le fait d’éviter des relations et divers phénomènes dissociatifs). Ces techniques d’adaptation développées à la suite du traumatisme constituent le fondement des interactions interpersonnelles présentes et futures et deviennent souvent des réponses immédiates à tous ou partie des situations de stress.

Plus que tout autre type de violence envers les enfants, l’inceste est associé au secret, à la trahison, à l’impuissance, à la culpabilité, à la loyauté conflictuelle, à la peur des représailles, à la culpabilité et à la honte de soi. Il n’est donc guère surprenant que seulement 30 % des cas d’inceste soient signalés par les survivants. (…)

Des études ultérieures sur les survivants de l’inceste ont révélé que le fait d’être érotisé tôt dans la vie perturbait la sexualité adulte de ces personnes. Comparativement aux groupes non soumis à l’inceste, les survivantes ont eu des rapports sexuels plus tôt, ont eu plus de partenaires sexuels, étaient plus susceptibles d’avoir des rapports occasionnels avec des personnes en-dehors de leur couple et étaient plus susceptibles de se prostituer. Ainsi, les survivants de l’inceste courent un risque accru de re-victimisation, souvent sans se rendre compte qu’ils sont victimes d’abus. Cette situation crée souvent de la confusion chez les survivantes car la frontière entre participation involontaire et volontaire à un comportement sexuel est floue.

Un article de Sandra Stroebel et ses collègues, publié en 2013 dans ”Sexual Abuse : A Journal of Research and Treatment”, indique que les facteurs de risque d’inceste père-fille sont les suivants Exposition à la violence verbale ou physique / familles qui acceptent la nudité père-fille / familles dans lesquelles la mère n’embrasse jamais sa fille (l’affection maternelle manifeste a été identifiée comme un facteur de protection contre l’inceste père-fille). / familles ayant un homme adulte autre que le père biologique à la maison (c.-à-d. un beau-père ou une figure paternelle de remplacement)

Enfin, des recherches qualitatives indiquent que, dans certains cas, les mères qui ont été victimes de violence sexuelle dans leur enfance contribuent à la succession d’événements qui ont mené à l’inceste père-fille, de façon délibérée ou non. De plus, dans les cas où une mère choisit l’agresseur plutôt que sa fille, l’abandon par la mère peut avoir un impact plus négatif sur sa fille que la violence elle-même. Ce rejet non seulement renforce le sentiment d’inutilité et de honte de la victime, mais lui suggère aussi qu’elle “méritait” en quelque d’être abusée. Par conséquent, la re-victimisation devient souvent la règle plutôt que l’exception, une prophétie qui se réalise d’elle-même et qui valide le sentiment dévalorisant que ressentent la victime à l’égard de son intégrité.

Au-delà du préjudice physique et psychologique causé par l’inceste père-fille, Courtois note que la dynamique familiale qui en résulte se caractérise par :le conflit parental / les messages contradictoires / la triangulation (parents contre l’enfant ou parents-victime contre l’autre parent) / le lien parent-enfant inapproprié dans un climat de déni et de secret

De plus, les victimes sont moins susceptibles de recevoir soutien et protection, en raison du déni et de la loyauté à la famille, que lorsque l’agresseur est en dehors de la famille ou un étranger. Ensemble, ces circonstances créent souvent chez les survivants un sentiment d’identité perverti et des relations faussées avec eux-mêmes et les autres. Si l’inceste commence à un jeune âge, les survivants développent souvent un sentiment inhérent de méfiance et de danger qui imprègne leurs perceptions des relations et du monde dans son ensemble.

Théorie du traumatisme de la trahison

La théorie du traumatisme de la trahison est souvent associée à l’inceste. La psychologue Jennifer Freyd a introduit le concept pour expliquer les effets du traumatisme perpétré par une personne dont dépend l’enfant. Freyd soutient que le traumatisme de la trahison est plus néfaste sur le plan psychologique que le traumatisme commis ou causé par un non tuteur. La théorie du traumatisme de la trahison postule que dans certaines conditions, la trahison nécessite une ” cécité de la trahison ” dans laquelle la personne trahie n’a pas conscience ou mémoire consciente de la trahison “, écrit Freyd dans son livre Trauma de la trahison : La logique de l’oubli de la violence envers les enfants.”

La théorie du traumatisme de la trahison est fondée sur la théorie de l’attachement et est cohérente avec l’idée d’adaptation pour empêcher la plupart ou toute information sur l’abus (particulièrement l’inceste). Sans cela, une conscience totale de la violence reconnaîtrait que la dénonciation de la trahison pourrait mettre en danger la relation d’attachement. Cette ” cécité à la trahison ” peut être considérée comme une réaction adaptative évolutive et non pathologique à une menace à la relation d’attachement avec l’agresseur, ce qui explique l’amnésie dissociative sous-jacente chez les victimes d’inceste. Dans ces circonstances, les survivantes ignorent souvent qu’elles sont victimes de violence ou elles se justifient, voire se blâment. Dans les cas graves, les victimes ont souvent peu ou pas de souvenirs de la violence ou une cécité complète de la trahison. Dans de telles conditions, la dissociation est vitale pour la victime, du moins pendant un certain temps.

Prenons le cas de Ann, qui a été agressée physiquement et sexuellement de façon répétée et grave par son père de 4 à 16 ans. À l’âge adulte, Ann n’avait que peu ou pas de souvenirs de la violence. À la suite de la violence, elle avait développé neuf autres identités, dont deux contenaient des souvenirs frappants de la violence sexuelle et physique. Grâce à la thérapie, elle a pu prendre conscience des neuf identités alternatives et de leurs fonctions, et y avoir accès. Bien qu’Ann ait exprimé son dégoût et sa colère envers son père, elle a aussi exprimé son amour pour lui. Il lui arrivait de regretter d’avoir révélé la violence, disant que “ce n’était pas si grave” et que la pire chose qui lui était arrivée était qu’elle avait perdu son “papa”. Durant ces moments, Ann a minimisé la gravité de l’abus, souhaitant avoir gardé le secret de l’inceste pour qu’elle puisse toujours avoir une relation avec son père. Il s’agissait d’un désir intermittent pour Ann qui s’est manifesté tout au long de la thérapie et même après.

Il est donc essentiel de comprendre les concepts d’attachement pour comprendre les traumatismes de trahison comme l’inceste. Autrement, les thérapeutes pourraient être enclins à blâmer les survivants ou pourraient se sentir confus et même repoussés par les comportements et les intentions des survivants. Pour de nombreuses survivantes, l’agresseur qui prend soin de l’enfant représente le meilleur et le pire de sa vie à différents moments de la vie. Elle a besoin d’empathie et de soutien, pas de blâme.

La dissociation

Tel que défini dans la cinquième édition du Manuel de Diagnostic et de Statistique des Troubles Mentaux, la dissociation est ” une perturbation et/ou une discontinuité dans l’intégration en temps normal de conscience, de mémoire, d’identité, de perception, de représentation corporelle, du contrôle moteur et du comportement “. En fonction de la gravité de l’abus, les expériences dissociatives peuvent interférer avec le fonctionnement psychologique à tous les niveaux. Les survivants de l’inceste subissent souvent des types de dissociation les plus sévères, comme le trouble dissociatif de l’identité et l’amnésie dissociative (l’incapacité de se rappeler des renseignements autobiographiques). Les expériences dissociatives sont souvent déclenchées par une menace perçue à un niveau conscient ou inconscient.

Comme nous l’avons déjà mentionné, la théorie du traumatisme de la trahison affirme que pour les victimes d’inceste, l’amnésie dissociative sert à maintenir le lien avec une personne dont on est attaché en excluant la connaissance des abus (la cécité de la trahison). En retour, cela réduit ou élimine l’anxiété au sujet de la violence, du moins à court terme. De plus, de nombreux survivants de l’inceste dans l’enfance se souviennent continuellement de la violence, ainsi que de l’anxiété et de la terreur qu’elle leur causait. Souvent, ces personnes trouvent un moyen de quitter leur foyer et leur agresseur. C’est moins souvent le cas pour les survivants qui souffrent d’amnésie dissociative ou de trouble dissociatif de l’identité.

La dépersonnalisation et la déréalisation déforment le sens de soi et son apport sensoriel de l’environnement à travers les cinq sens. Par exemple, les personnes qui ont vécu l’inceste signalent souvent que leur monde extérieur, y compris les personnes, les formes, les tailles, les couleurs et l’intensité de ces perceptions, peuvent changer rapidement et radicalement à certains moments. De plus, ils peuvent signaler qu’ils ne se reconnaissent pas dans un miroir, ce qui les amène à se méfier de leurs propres perceptions.

Comme l’a dit une survivant de l’inceste de 31 ans : “Pendant toutes ces années, tout en moi et autour de moi a été irréel, terne, morne, morcelé, distant.” C’est un exemple de dépersonnalisation / déréalisation. Elle a poursuivi : ” Ceci, avec les trous de mémoire, l’oubli et l’incapacité de se rappeler des choses simples de tous les jours, comme conduire une voiture ou se souvenir du processus étape par étape pour se préparer pour la journée, m’a fait sentir folle. Mais au fur et à mesure que je progressais en thérapie, mes perceptions de mon monde intérieur et extérieur devenaient plus claires, plus stables, plus lumineuses et plus distinctes qu’avant. Tout avait plus de sens et paraissait plus normal. Il m’a fallu des années pour voir le monde tel que d’autres le voient. De temps en temps, j’éprouve encore cette déconnexion et cette confusion, mais beaucoup moins souvent qu’avant.”

Au début, une menace réelle ou perçue déclenche les perceptions déformées du soi et de la réalité extérieure, mais elles finissent par devenir une manière préétablie de percevoir le monde. Des rapports comme celui-ci ne sont pas rares pour les survivants de l’inceste et sont souvent exacerbés au fur et à mesure que ces personnes se souviennent et intègrent leurs expériences traumatisantes dans un récit de vie cohérent. Pour de nombreux survivants, le sentiment de cohérence et de stabilité est en grande partie une expérience nouvelle ; pour certains, il peut être menaçant et déclencher des expériences dissociatives supplémentaires. L’adage “mieux vaut un diable familier qu’un ange inconnu” semble s’appliquer ici.

La gravité de la dissociation chez les survivants de l’inceste est liée à l’âge d’apparition du traumatisme et à une association de dose-effet, plus l’exposition est précoce, plus les sévices sont fréquents, plus la gravité du handicap est élevée sur toute la vie. L’inceste est associé aux formes les plus graves de symptômes dissociatifs tels que le trouble dissociatif de l’identité. Environ 95 à 97 pour cent des personnes atteintes d’un trouble dissociatif de l’identité déclarent avoir été victimes de violence sexuelle et physique grave pendant leur enfance.

La fragmentation de la perception de soi, accompagnée de l’amnésie des souvenirs d’abus, est particulièrement utile lorsque les enfants ne peuvent échapper aux circonstances de l’abus. Ces enfants ne sont pas “présents” pendant la maltraitance, de sorte qu’ils ne sont souvent pas conscients de la douleur physique et émotionnelle qui y est associée. Pourtant, ce sentiment fragmenté de soi contribue à un sentiment de vide et d’absence, à des problèmes de mémoire et à des états de moi dissociatifs. De nombreux survivants de l’inceste sont capables d'”oublier” la violence jusqu’à un certain moment plus tard à l’âge adulte, lorsque les souvenirs sont déclenchés par certains événements ou lorsque le corps et l’esprit ne sont plus capables de les dissimuler. Ceci résulte de l’effet cumulatif des luttes de toute une vie associées à l’inceste (par exemple, les problèmes interpersonnels et la dérégulation émotionnelle). Il faut beaucoup de ressources psychologiques et physiques pour “oublier” les souvenirs traumatiques.

La dissociation, surtout si elle implique des changements continus dans la perception de soi et des autres, des présentations différentes de soi et des problèmes de mémoire, peut entraîner des difficultés à former et à maintenir une alliance thérapeutique. La dissociation perturbe le lien entre la victime et le thérapeute. Elle perturbe également les liens des personnes avec leur expérience intérieure. Si ces dernières ne se perçoivent pas elles-mêmes et leur entourage comme stables, elles se méfieront non seulement de leurs thérapeutes mais aussi de leurs propres perceptions, ce qui crée une confusion permanente.

Par conséquent, les thérapeutes doivent rester attentifs aux fluctuations subtiles ou plus dramatiques des types de communication des survivants, comme les changements dans le contact visuel ou les changements dans les traits du visage, des traits plus engagés et animés qui se transforment en traits de visage sans relief. Les changements dans la tonalité et la cadence de la voix (de verbalement engagée à silencieuse) ou dans la posture du corps (ouverte ou fermée) sont d’autres signes de phénomènes dissociatifs possibles. Bien sûr, tous ces changements, ou aucun d’entre eux, peuvent être des indicateurs de phénomènes dissociatifs.

Traumatisme complexe

L’inceste, le traumatisme de la trahison et les troubles dissociatifs sont souvent des caractéristiques d’une catégorie de diagnostique plus large – le traumatisme complexe. Les victimes d’inceste subissent rarement un seul incident d’abus sexuel et pas seulement des abus sexuels. Il est plus probable qu’ils subissent des abus chroniques et multiples, notamment sexuels, physiques, émotionnels et psychologiques, au sein du système familial, de la part d’adultes qui sont censés assurer leur sécurité et leur épanouissement.

À l’heure actuelle, il n’existe pas de catégorie diagnostique officielle pour les traumatismes complexes, mais on s’attend à ce qu’une catégorie soit ajoutée à la Classification Internationale des Maladies (CIM-11) révisée qui est en cours d’élaboration. Marylene Cloitre, membre du groupe de travail de l’Organisation Mondiale de la Santé sur les troubles liés au stress et aux traumatismes de la CIM-11, note que le nouveau diagnostic de traumatismes complexe est axé sur les problèmes d’auto-organisation résultant d’une exposition répétée ou chronique à des facteurs de stress traumatiques auxquels on ne peut échapper, notamment la violence envers les enfants et la violence familiale. Parmi les critères qu’elle a soulignés pour les traumatismes complexes, il y a :Perturbations dans les émotions : Affectent la dérégulation, une réactivité émotionnelle accrue, des accès de violence, un comportement impulsif et imprudent, et la dissociation.Perturbations de soi : Soi vaincu/diminué, marqué par le sentiment d’être diminué, vaincu et sans valeur et par des sentiments de honte, de culpabilité ou de désespoir (prolonge le désespoir).Perturbations dans les relations : Problèmes interpersonnels marqués par des difficultés à se sentir proche des autres et à s’intéresser peu aux relations ou à l’engagement social en général.Il peut y avoir des relations occasionnelles, mais la personne a beaucoup de difficulté à les maintenir.

L’apparition précoce de l’inceste et l’exposition chronique à des traumatismes complexes interrompent le développement neurologique typique, ce qui entraîne souvent le passage du cerveau d’apprentissage (cortex préfrontal) au fonctionnement du cerveau de survie (tronc cérébral). Comme l’ont expliqué Christine Courtois et Julian Ford, les survivants ressentent une plus grande activation du cerveau primitif, ce qui entraîne un mode de survie plutôt que l’activation des structures cérébrales qui fonctionnent pour faire des ajustements complexes à l’environnement actuel. Par conséquent, les survivants ont souvent tendance à éviter les menaces plutôt qu’à être curieux et ouverts aux expériences. Les traumatismes complexes minent la capacité des survivants à intégrer pleinement les données sensorielles, émotionnelles et cognitives dans un tout organisé et cohérent. Ce manque de cohérence et de consistance dans la perception de soi et de son environnement peut créer un sentiment quasi permanent de confusion et de déconnexion avec soi et les autres.L’exposition régulière ou intermittente à des traumatismes complexes crée un état d’anxiété et d’hypervigilance presque continu et l’attente intrinsèque du danger. Les survivants de l’inceste courent un risque accru de déficiences multiples, de revictimisation et de perte de soutien.

Problèmes de traitement

Bien qu’une description complète des traitements dépasse largement le cadre de cet article, je terminerai par un aperçu général des concepts de traitement. Le traitement de l’inceste est parallèle aux approches de traitement des traumatismes complexes, qui mettent l’accent sur la réduction des symptômes, le développement des capacités personnelles (régulation émotionnelle, relations interpersonnelles et identité), le traitement du traumatisme et le traitement des expériences dissociatives.

Les capacités personnelles compromises intensifient la gravité et la chronicité des symptômes. Parmi ces capacités, la dérégulation émotionnelle est un groupe de symptômes majeurs qui affecte d’autres composantes de ses capacités. Par exemple, si une survivante se débat constamment avec une faible tolérance à la frustration pour les gens et s’adapte en évitant les gens, en réagissant de façon défensive, de façon apaisante ou en se dissociant, elle n’aura probablement pas l’occasion d’établir des relations satisfaisantes. Alexandra Cook et ses collègues ont proposé les concepts de base suivants, publiés dans les Psychiatric Annals de mai 2005, pour qu’ils soient pris en considération dans la mise en œuvre d’un schème thérapeutique pour le trauma complexe, notamment pour les victimes d’inceste et avec adaptation aux personnes présentant un trouble d’identité dissociative.

1) Sécurité : Élaborer des procédures de sécurité internes et environnementales.

2) L’autorégulation : Améliorer la capacité de modérer et de rééquilibrer la stimulation dans les domaines de l’état affectif, du comportement, de la physiologie, de la cognition, des relations interpersonnelles et de l’auto-attribution.

3) Traitement de l’information par réflexion sur le sujet : Développer la capacité d’axer les processus de concentration et le fonctionnement exécutif sur la construction d’une narration cohérente de soi, en réfléchissant sur l’expérience passée et présente, l’anticipation et la planification, et la prise de décision.

4) Intégration des expériences traumatisantes : S’engager dans la résolution et l’intégration des souvenirs traumatiques et des symptômes associés par la création de sens, le traitement de la mémoire traumatique, le souvenir et le deuil de la perte traumatique, le développement des habiletés d’adaptation et la promotion de la pensée et du comportement axés sur le présent.

5) Engagement relationnel : Réparer, rétablir ou créer des modèles de fonctionnement efficaces d’attachement et application de ces modèles aux relations interpersonnelles actuelles, y compris l’alliance thérapeutique. L’accent devrait être mis sur le développement des aptitudes interpersonnelles telles que l’affirmation de soi, la coopération, la prise de perspective, l’établissement de frontières et de limites, la réciprocité, l’empathie sociale et la capacité à entretenir une intimité physique et psychologique.

6) Amélioration de l`affect positif : Travailler à l’amélioration de l’estime de soi, de la valorisation de soi et de l’auto-évaluation positive par la stimulation de la créativité personnelle, l’imagination, l’orientation et les perspectives futures, la réalisation, la compétence, la recherche de maîtrise, la création de communauté et la capacité à éprouver du plaisir.

Généralement, ces volets sont prodigués dans le cadre d’un modèle de thérapie en trois phases axé sur les relations, le comportement cognitif et le traumatisme : Sécurité, développement des compétences d’autorégulation et formation d’alliances, Traitement des traumatismes et Consolidation

La partie sur l’engagement relationnel est particulièrement importante car, pour de nombreux survivants, le fait d’être ”attaché” a souvent signifié être maltraité. De plus, les sentiments de honte, de dégoût de soi et de peur de l’abandon qui l’accompagnent créent une ” identité d’échec ” qui se traduit par de maigres espoirs de changement. Par ailleurs, il est important que les thérapeutes abordent les questions de transfert et de contre-transfert. Selon la Courtois, le fait d’ignorer ou de supposer que de tels processus ne sont pas pertinents pour le traitement des survivants peut ébranler le processus et le résultat du traitement.En outre, les interventions axées sur les capacités sont essentielles à chaque étape pour aider les survivants à développer un sens de leur propre efficacité et à s’apprécier pour les ressources dont ils disposent déjà. La focalisation sur les atouts contribue également à la résilience.Pour certains, des états de soi dissociés ou des parties émergeront. Les thérapeutes doivent présumer que tout ce qui est dit à une partie sera également entendu par les autres. Par conséquent, il est essentiel de résoudre les problèmes de manière à encourager la conversation entre les parties, y compris la structure de base.Il est également important d’aider les parties à résoudre leurs problèmes ensemble et de se soutenir mutuellement. Ce n’est pas toujours une proposition facile. Un objectif à long terme serait une forme d’intégration / fusion ou un accord entre des identités alternatives. Certains survivants parviennent à expérimenter une unification complète des parties, tandis que d’autres réalisent une forme d’intégration sans jamais unifier complètement toutes leurs identités alternatives.Enfin, il convient de mentionner que l’exposition répétée à d’horrifiques histoires d’inceste peut submerger la capacité des thérapeutes de maintenir une relation équilibrée avec des limites claires. Le transfert de la victime peut repousser les limites éthique et thérapeutique de l’alliance victime-thérapeute .

Article de David M. Lawson, Professeur d’éducation thérapeutique et Directeur du Centre de Recherche et de Formation Clinique en Traumatologie de la Sam Houston State University. Ses recherches portent sur les abus sexuels et physiques durant l’enfance, les traumatismes complexes et la dissociation liée aux traumatismes. Il est aussi Conseiller Thérapeutique pour les survivants d’un trouble de stress post-traumatique et de traumatisme complexe.

Traduit et adapté de Counseling Today

Abus physique

La vie d’un survivant de l’inceste, selon 3 victimes

Publié le

Imaginez que vous êtes coincé dans un cycle d’abus et de traumatismes, avec apparemment aucun moyen de vous libérer de ce que vous traversiez. Ensuite, imaginez que lorsque vous demandez de l’aide, vous faites face à la stigmatisation et au dégoût entourant le cauchemar dans lequel vous êtes coincés.

C’est souvent ce que ressentent les survivants de l’inceste. La cible de la colère des membres de la famille qui veulent que vous restiez silencieux, ou les soi-disant “alliés” qui font nonchalamment des blagues sur l’inceste sur Internet, font qu’il est dur de naviguer dans ce monde en tant que survivant. Le mouvement #MeToo a fourni aux personnes marginalisées une plate-forme pour parler des agressions sexuelles, mais certaines survivantes ont le sentiment que la dénonciation du silence autour de l’inceste n’a pas réussi à les inclure, ni leurs expériences, ni la discrimination unique à laquelle elles sont confrontées.

Bien que l’inceste soit systématiquement négligé dans la prévention et la sensibilisation aux agressions sexuelles, il est répandu aux États-Unis et dans le monde. Le Réseau national de viol, d’abus et d’inceste (RAINN) estime qu’au moins 34% des auteurs d’agressions sexuelles sur enfants sont un membre de la famille de la victime. Alors que les pères seraient les auteurs les plus fréquents d’inceste, selon une étude publiée en 2014, tous les membres de la famille, y compris les frères et sœurs, les mères, les cousins, les oncles, les tantes et les autres parents proches, peuvent en être les auteurs, tout comme les personnes de tout sexe, peuvent en être les victimes.

L’inceste est une forme de violence sexuelle insidieuse. La plupart des enfants font naturellement confiance aux membres de leur famille proche, et lorsque l’inceste se produit, cela peut être profondément choquant, déroutant et honteux pour les victimes.

J’avais huit ans [quand mon père a commencé]. Comme pour beaucoup de petites filles, mon père était mon idole. Rien n’était plus grand que lui. Il était mon meilleur ami. Il était quelqu’un en qui j’avais confiance et que j’aimais” raconte Julia, une survivante de l’inceste. “C’est naturel de penser : Oh mon Dieu, est-ce que j’ai provoqué ça?, quand une personne se sert de son autorité pour abuser – vous n’avez pas votre mot à dire sur ce qui se passe.”

De plus, les victimes sont souvent réduites au silence par les personnes sur lesquelles elles devraient pouvoir compter le plus – les autres membres de la famille.

Anne affirme avoir été agressée à plusieurs reprises. Elle s’est confiée : ”Je n’ai parlé de cet abus à ma mère que des années plus tard, et elle m’a reproché de m’être mise dans cette situation. Et elle est toujours en contact avec mon cousin qui m’a agressé, malgré le fait que je lui dise à quel point ça me fait mal. Pour Anne, les mauvais traitements ont commencé après son immigration des Caraïbes aux États-Unis pour vivre avec son père et sa belle-mère, à l’âge de 16 ans. “Les abus sexuels ont cessé lorsque j’ai commencé ma première année d’université. Les abus émotionnels et physiques ont continué”, dit-elle. “Le processus de guérison n’a pas été un parcours facile.” Quand elle a parlé de cet abus à sa famille, ils l’ont dissuadée de le signaler. “Ils avaient tous peur de lui. Il a passé sa vie à terroriser tout les gens qu’il a rencontré”, a-t-elle confié. “En en parlant, vous détruisez le passé qu’ils se sont fourvoyé à croire.”

Dr. Patti Feuereisen, psychologue et auteure de ”Invisible Girls” explique qu’il peut être impossible pour les survivants de l’inceste de s’éloigner de leurs agresseurs. La majorité des enfants dépendent des membres de leur famille pour obtenir des conseils , ainsi qu’un soutien financier et émotionnel. Bien que toutes les formes d’agressions sexuelles soient terribles et méritent d’être condamnées, les victimes d’inceste ont rarement un lieu sûr où s’échapper et sont particulièrement vulnérables lorsqu’elles sont chez elles.

Les abus sexuels dans l’enfance peuvent avoir des conséquences dévastatrices pour la santé mentale et physique des survivants. En 2007, des pédopsychiatres ont déclaré que le trouble de stress post-traumatique ne couvrait pas entièrement l’étendue des symptômes observés chez les jeunes patients victimes d’un traumatisme. Selon l’American Psychological Association, ils ont proposé d’ajouter “trouble de développement traumatique” au Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux afin de reconnaître “l’exposition à de multiples traumatismes chroniques” à un jeune âge.

Les experts s’interrogent encore sur l’ajout des troubles traumatiques du développement au manuel psychiatrique , mais il est impossible d’ignorer les conséquences d’un traumatisme subit à un jeune âge. Julia dit qu’elle a eu des idées suicidaires à 12 ans. “Je ne pouvais demander de l’aide à personne, comment j’aurais pu?” dit-elle. “Je pensais : je vais mourir demain.” C’est uniquement parce que son père a commencé à la laisser tranquille qu’elle n’a pas tenté de se suicider.

Comme le démontrent les recherches, les victimes d’inceste peuvent avoir recours à l’auto-mutilation, à des troubles de l’alimentation, à la toxicomanie et à d’autres comportements auto-destructeurs pour faire face à leur traumatisme – jusqu’à ce qu’elles trouvent un lieu sûr et accueillant, à l’abri des abus, et qu’elle puissent s’informer sur la prise en charge des traumatismes . D’autres troubles graves, tels que le trouble de la personnalité, la dépression et la dysmorphie corporelle sont également en forte corrélation avec les abus sexuels durant l’enfance.

En outre, le Dr Feuereisen explique qu’il n’est pas rare que des enfants survivants développent une hypersexualité en réponse à la maltraitance, alors que d’autres peuvent éprouver une aversion totale pour le sexe et la sexualité. Cependant, elle dit que “les deux sont réactives – en réponse au traumatisme- mais pas pour toujours”.

Étant donné l’impact traumatique de l’inceste sur les victimes, la société et les familles, il n’est pas suffisamment pris en compte dans nos sociétés – et ce en dépit de la volonté de responsabiliser les victimes d’agressions sexuelles avec la campagne #MeToo et Time’s Up. L’auteur Mia Fontaine a donné une explication à ce sujet dans un article de 2013 pour The Atlantic :

Étant donné la prévalence de l’inceste et le fait que la famille est l’unité de base sur laquelle repose la société, imaginez ce qui se passerait si chaque enfant actuellement victime de violence – et chaque adulte victime de violence demeurant silencieux – sortait des sentiers battus, insistait pour que justice soit rendue et appliquée. Le tissu même de la société serait déchiré.

Ce sentiment est toujours d’actualité. L’inceste est un sujet inconfortable dont beaucoup d’entre nous, même ceux qui ont vécu l’inceste, ne souhaitent pas parler. De nombreux survivants de l’inceste peuvent se sentir obligés de ne pas perturber l’équilibre familial, malgré les abus passés ou présents. D’autres survivants peuvent ne pas se souvenir des violences. Pour cela et pour bien d’autres raisons encore, l’inceste reste sous-déclaré.

” D’après mon expérience, l’inceste, même une fois révélé, demeure une chose à cacher. Il n’y a pas de justice parce que c’est une famille” selon Anne . ”Meme si j’ai parlé de ce qui s’est passé à plusieurs proches, ils insistent toujours pour sauver les apparences et demeurer ami avec mon agresseur. Ils me disent de garder le silence et me tiennent responsable de ce qui s’est passé. On ne peut pas briser les liens. Il me reste la honte et la culpabilité d’être une victime. ”

La voie du rétablissement et du mieux-être peut s’avérer moins difficile pour les survivants lorsque l’on aborde les stigmates et mythes associés à ce type d’abus sexuel, qui ont tendance à être ignorés.

“J’espère que les personnes qui n’ont pas connu l’inceste savent que ce n’est pas parce qu’un proche est membre de la famille que c’est une bonne personne, qu’il s’agisse de l’agresseur lui-même ou des personnes qui continuent à le soutenir. Les agressions sexuelles ne sont jamais acceptables », déclare Anne. ”Les agressions sexuelles peuvent survenir n’importe où, même à la maison, un lieu normalement associé à la protection et à la sécurité, et avec des personnes de confiance. Nous avons tendance à rester assis en silence, dans un climat de peur, de honte et de culpabilité qui ne nous appartiennent pas vraiment”, explique Summer. “Nous savons qu’une fois que nous commencerons à rester debout dans notre vérité, nous allons énerver beaucoup de gens. Il est temps que nous, survivants de l’inceste, arrivions à réaliser que ce n’est pas grave de déranger les gens.”

“Il est crucial de parler de ces abus sexuel, et en particulier de l’inceste, lorsque vous êtes jeune, à l’adolescence ou dans la vingtaine”, a déclaré le Dr Feuereisen. “Nous devons croire toute personne qui sort de l’ombre. Nous devons comprendre qu’elle ne pouvait pas sortir du silence.” Julia est d’avis que parler d’un traumatisme est la seule façon de le traiter, et elle espère que les enfants victimes de violences se rendront compte qu’ils ne sont pas seuls. “J’ai décidé d’utiliser mon histoire comme moyen de guérir”, dit-elle. Julia veut que les survivants sachent qu’ils ne doivent pas se blâmer eux-mêmes. “On a profité de vous”, dit-elle. Anne dit qu’elle a également intériorisé beaucoup de discours nuisibles au sujet de son abus. “Soyer prêt à défier votre histoire”, dit-elle. “Nous nous sommes racontés tant de c*ies.”

Le message ici n’est pas seulement d’être plus disposés à parler ouvertement de l’inceste dans nos sociétés, mais que les survivants puissent enfin trouver une voie, se sentir en paix et mener une vie épanouissante. La recherche nous montre chaque jour de plus en plus qu’avec l’aide de thérapeutes professionnels, notre cerveau peut en fait être reprogrammé après un traumatisme. Dr. Feuereisen dit qu’une pratique qu’elle utilise souvent avec les survivants est la méthode Remap. Lors de la reconfiguration, similaire à la thérapie d’exposition, le survivant revisite mentalement l’espace ou la situation dans lequel le traumatisme s’est produit pour reconnecter le cerveau afin de faire face aux déclencheurs. “La peur est transformée lorsque vous dépassez votre traumatisme et que vous le visualisez de manière positive. En reprogrammant votre expérience à plusieurs reprises, vous réduisez le traumatisme”, explique le Dr Feuereisen.

”Je veux qu’il soit clair que l’abus sexuel et l’inceste ne constituent en aucun cas une condamnation à mort”, a déclaré le Dr Feuereisen. “Vous n’êtes pas un bien endommagé. Vous pouvez aller mieux. “

L’espoir de guérison des survivants de l’inceste n’est pas un rêve éphémère: de nombreuses preuves soutiennent l’idée que la guérison après un abus sexuel est tout à fait possible, et qu’en parler sans honte est un aspect essentiel du rétablissement. Alors que les discussions portant sur la manière dont notre société peut éliminer les violences sexuelles continuent de prendre de l’ampleur, les survivants de l’inceste méritent de faire entendre leur voix dans la politique, la défense des droits et à travers #MeToo.

Source :  KYLI RODRIGUEZ-CAYRO and AYANA LAGEBustle

Dissociation

L’EMDR dans l’évolution de la prise en charge du TSPT

Publié le
Psychothérapie de la dissociation par les Stimulations Bilatérales Alternées Auditives – FlorentViard

Les Stimulations Bilatérales Alternées (SBA) sont des techniques portant sur les modalités visuelles, tactiles ou auditives utilisées dans la psychothérapie EMDR « Eyes Movement Desensitization And Reprocessing ». Les recherches isolant les SBA portent souvent sur la modalité visuelle et relatent son effet sur la perturbation subjective à partir de la diminution de l’activité végétative observée. Or certains TSPT ne présentent pas d’activité végétative marquée, ceci corrélativement à la présence de dissociation (Choi et al., 2017; Sack, Cillien, & Hopper, 2012; Briere, Weathers, & Runtz, 2005) Aussi, peu d’études sont consacrées aux SBA auditives sauf pour signaler leur effet moindre comparativement aux autres modalités (Van Den Hout et al, 2012). Par ailleurs, le lien entre les SBA auditives et la dissociation n’a jamais fait l’objet de publication.

Source : HAL

art-thérapie

Prise en charge art-thérapeutique – reviviscences de viols par inceste

Publié le

Maud est arrivée par l’intermédiaire du site « 13 or de vie » mettant en œuvre des ateliers d’art-thérapie pour les victimes directes ou indirectes des attentats de Paris. Elle a pris un nom d’emprunt et nous respecterons son anonymat d’autant que très vite, elle a expliqué sa présence aux ateliers par son lien avec une victime des attentats et, suite à ces événements, sa réactivation des viols par inceste subis. Comme l’association accompagne ces victimes dans « 13 or de vie » et les victimes de viols par inceste dans d’autres ateliers, Maud a demandé à venir le samedi matin et un atelier a été mis en place, pour elle, et des stagiaires, d’octobre 2016 à janvier 2017.

Notre étude vise à démontrer l’avantage de l’art-thérapie dans la reconstruction d’un être traumatisé, mais aussi l’effet à long terme qu’apporte cet outil pour permettre au patient de retrouver une autonomie relativement rapidement.

par Emmanuelle Cesari

Thyma02/07/2017Mémoires et travaux universitaires

* **

1 – Une méthodologie art-thérapeutique pour les victimes

a) L’art-thérapie préventive pour éviter l’installation d’un conflit

Rappel pour les dix séances

L’art-thérapie préventive a sa place dans tous les moments de transition. Dans tous les cas, c’est le sujet qui prime et non sa production. Peu importe si le sujet ne produit rien de génial, pourvu qu’il aille mieux. C’est dans ce but qu’il est venu, non pour devenir artiste. (Jean-Pierre Royol)

b) Le modèle cathartique

Il va permettre au sujet de vider son sac dans une logorrhée défensive puis sera mis en place l’outil de création. La représentation sur le papier permet de cadrer, par le format de la feuille, de limiter par la concentration de la double tâche de raconter et dessiner, de gérer la coordination pensée – œil – main. Mais il est essentiel de retenir que ce processus n’est possible que si le thérapeute est capable de contenir la douleur de la participante et de l’accompagner dans sa recomposition sans marquer d’autorité, de supériorité et au contraire inscrire dans cette relation une forte notion de partage. « Le patient devient alors progressivement co-thérapeute de la dyade » (Mairesse, 2012).

c) Élaborer autour des événements subis

Victime indirecte de l’attentat du Bataclan, Maud exprime une réactivation des émotions mettant à jour un état de stress post-traumatique plus ancien, non pris en charge et non intégré. Cet événement traumatique en a donc ravivé un autre, en l’occurrence les agressions paternelles. Elle est dans un état de décompensation de l’après-coup.

d) La logique systémique

La famille de Maud s’occupe de la cousine victime du Bataclan mais personne n’a relevé le changement délétère chez Maud qui souffre de ses réminiscences. Maud n’allant pas bien depuis le Bataclan, n’exerce plus son métier de psychomotricienne auprès des enfants. C’est la raison pour laquelle elle éprouve le besoin d’une aide extérieure.

e) La stratégie du détour

La stratégie du détour est une pose de l’indication thérapeutique du cadre de telle sorte qu’on ne travaille pas dans un registre tabou, qu’on respecte les défenses, qu’on ne brutalise pas les symptômes, qu’on contourne les résistances, et qu’on élise une proposition dans le temps, l’espace, les règles du jeu, les acteurs en présence, qui puisse contribuer à mettre en scène les formes dessinées par les trois dimensions précédentes. (Jean-Pierre Klein)

2 – Le cadre thérapeutique de l’atelier d’art-thérapie

« C’est un espace transitionnel qui permet de favoriser la créativité et l’expression de chacun » (Winnicott)

Le cadre est un ensemble de règles, de limites, d’interdits, de normes, d’habitudes et d’attitudes, dispensés aux participants par le thérapeute afin de fournir un contenant pour les processus psychiques qui sont mis en jeu.

a) Les conditions spatiales et temporelles

Les ateliers ont eu lieu le samedi matin de 10 à 12 heures, toujours au même endroit, dans la même salle. Lors d’un atelier supplémentaire pour finir le joint de la mosaïque nous n’avons pas obtenu la même salle et Maud se sentira un peu perdue.

b) Les conditions matérielles et le choix du médium

Lors de l’entretien préalable, j’ai noté que Maud partait un peu dans tous les sens, sautait du coq à l’âne et revenait sur ce qu’elle avait évoqué précédemment. Ayant suivi auparavant, plusieurs participantes victimes de viols par inceste, je connais l’importance du cadre qui met en place une sécurité suffisante pour que le sujet puisse supporter l’inconfort du changement et s’engager dans un processus. Le processus lui-même provoque l’évolution des consignes, j’adapterai à chaque séance l’utilisation d’un médium ou d’un autre. Je commencerai par du collage papier pour intégrer ensuite différentes matières, puis pour arriver sur du solide, nous ferons un plateau de mosaïque.

c) Les conditions financières

Les ateliers sont offerts par la Fondation de France – dans le cadre de suivi des victimes directes ou indirectes des attentats de Paris – et Maud ne m’est redevable de rien.

d) Les conditions de stockage de la production

Maud cherche du travail. Elle ne veut plus demander d’argent à sa famille. Elle a donc du temps à consacrer à sa recherche de psychologue et d’ateliers d’art-thérapie. Maud emportera ses productions de manière à continuer à faire des recherches chez elle.

3 – Le déroulement de l’atelier

a) Temps d’accueil

Chacun s’installe, nous prenons un café, nous faisons le point sur les moments importants de la semaine écoulée.

b) Temps de production

La participante, les stagiaires et l’art-thérapeute peuvent échanger. Il est important d’observer que parfois il y a flux de paroles et parfois silence presque total.

c) Temps d’échange autour des productions

L’accent est porté sur l’aspect symbolique des productions, matière à échanges, associations d’idées et « symbolisation primaire et secondaire ». Sont pris en compte également les éléments transférentiels se jouant dans l’atelier, à tous les niveaux.

4 – Les objectifs de l’atelier

a) Les outils diagnostiques

– L’auto-évaluation et la fiche ESPT – M.I.N.I. 500 – version française août 1995 : Il y a des moments de dissociation et puis ma famille et le rapport avec la psychologue m’ont éteinte à nouveau, comme paralysée, replongée dans un déni partiel, coupée dans mon élan de début de libération et m’ont rendue à la fois désagréable, sur la défensive (m’identifiant à nouveau à mon père) et prête à exploser sans pouvoir le faire.

– Constat de l’art-thérapeute lors de l’entretien préalable :

Lors de notre premier entretien, alors que Maud était lancée à grand débit de paroles, entrecoupées de petits rires nerveux, j’avais remarqué un clivage lorsqu’elle parlait de sa famille. Je n’ai pas poussé son discours car je savais que je ne disposerais que de dix séances donc qu’il m’était impossible de travailler sur une possible dissociation. Je note cependant quelques points sur lesquels je suis restée vigilante : élaborer sur le sentiment d’abandon de la participante ; gérer les transferts négatifs ; sortir des clivages ; gérer la dissociation ; réunir ses différentes facettes ; oser écrire, sortir du silence ; ne pas chercher à remplir les satisfactions des autres à tout prix ; vivre plus le moment présent et en profiter.

Informations recueillies sur les symptômes de l’État de stress post traumatique (ESPT) : Sachant que les attentats avaient provoqué chez Maud, une réminiscence de vécus infantiles difficiles, je l’ai invitée à me parler des symptômes de son enfance et ensuite de ceux actuels.

Tic de respiration forte étant enfant et autres tics corporels, masturbations compulsives, “jeux” sexuels avec d’autres enfants, mêmes cauchemars qui se répètent, problèmes à se représenter le contenu de lectures, au début de l’adolescence et après un déménagement apparition d’angoisses existentielles, impression de perte lexicale sémantique – « je regardais les définitions exactes dans le dictionnaire, comme si beaucoup de choses m’avaient échappées les années précédentes », inhibition intellectuelle et motrice), problèmes relationnels, difficultés mémorielles, de représentation et de compréhension qui pèsent sur la scolarité, problème de conscience corporelle, auto-mutilations, troubles alimentaires, dépressions, logorrhées, sentiment d’oppression.

Maud évoquera différents symptômes actuels qui la perturbent : reviviscences, état second, dissociation, peur, crises d’angoisse, sentiment de menace, de solitude envahissant, colère, irritabilité, méfiance, somatisations (vertiges, douleurs aux parties intimes, au cou, aux cuisses, pelades, douleurs au dos, au ventre), cauchemars avec reviviscences d’odeurs, de souvenirs sensoriels, mémoire altérée, déprime, asthénie, intellectualisation, besoin de contrôle, toc de vérification, de propreté, temporalité perturbée, spectatrice de soi-même, détachement de soi-même, problème de lien corps-psychisme.

Après recueil de ces informations, nous avons cherché à définir nos objectifs. J’ai pris en compte les siens afin de définir mes propres orientations.

b) Les attentes de la participante

Maud exprime le besoin de : pouvoir différencier ce qui émane de l’emprise des membres de sa famille de ce qui provient de ses envies ; mettre de la distance avec la famille ; pouvoir se protéger, pouvoir dire NON ; moins intellectualiser, lâcher prise, détecter les moments où l’effort prend le dessus, quand le cerveau sature ; sortir de l’isolement ; ne pas se laisser envahir par des tocs ; réaliser la confusion entre minimisation, le fait de relativiser, se contenter de telle ou telle chose et ce qui relève de la culpabilité ; réaliser la différence entre les conséquences qui découlent de l’ESPT sur la vie professionnelle, sociale, sentimentale et ce qui relève de ses propres envies qui dans l’urgence doivent faire coïncider les deux.

c) Les objectifs de l’art-thérapeute

En réponse aux besoins de Maud, l’art-thérapeute doit faire en sorte qu’elle pense à elle en priorité et passer outre la culpabilité qui s’ensuit ; l’aider à créer son propre cadre dans lequel elle se sent bien ; l’accompagner à sortir de l’emprise, reconstruire son indépendance, sa liberté ; encourager la poursuite de la réflexion pour sortir de la dévalorisation et se remettre en mouvement dans un quotidien nouveau.

– Travailler sur la symbolisation dans ce cas de clivage : Avec la prise en compte du passé de ma patiente et des traumatismes familiaux, il faut choisir minutieusement les outils. Le collage qui, d’après l’étude de Gérard Bayle (2012) permet aux enfants de s’identifier par incorporation aux parents, répond aux besoins de Maud.

– Travailler avec l’émotion esthétique : C’est tenter de rendre visible l’invisible, tenter de dire l’indicible, guetter l’apparaître sous l’apparence… car l’essence même de l’art-thérapie consiste, entre autres, à extérioriser une émotion, une image, une vision, impossibles à verbaliser. En ateliers d’art-thérapie, je vais essayer de repérer cette émotion esthétique, de la faire approcher à Maud. L’émotion esthétique ressentie a une place dans le processus art-thérapeutique, parler, associer autour d’elle peut avoir des effets thérapeutiques sur la participante.

– Et d’une manière plus affinée répondre à l’objectif de fond de l’art-thérapie : Que le cadre pratique prenne moins de place et vienne soutenir la mise en place d’un cadre interne et que ces ateliers permettent de faire un état des lieux, une remise en mouvement et peut-être le début d’un travail de transformation et de différenciation générationnelle.

5 – Les améliorations

A l’issue de ces séances, l’art-thérapeute et la participante ont établi une liste des observations positives et négatives :

a) Au niveau cognitif

Le travail sur la concentration sur soi et donc éloignement de l’emprise familiale a été bénéfique ; en pratique, par rapport au dessin initial, Maud s’autorise à moins coller au modèle ; l’Interaction du groupe “je rajoute un morceau rouge parmi ces couleurs claires (ça me rappelle la touche noire parmi les rouges sur le support de la stagiaire)” ; les ateliers ont participé à une meilleure gestion du temps, à la redécouverte de prendre son temps, celui aussi de gérer la frustration, de n’avoir aucune obligation de résultat, d’apprendre comment modifier le chemin petit à petit à l’instar de la mosaïque, changer en restant la même.

b/ Au niveau comportemental qui persiste de l’état de stress post-traumatique

Les ateliers ont amené progressivement Maud à prendre conscience de sa dispersion et du problème d’estime de soi, illustrés par un peu de négligences d’apparence, corporelles (posture, attitude, soins du corps), de son sentiment de déracinement, de son hypersensibilité à la douleur d’autrui, des animaux… ; de ses clivages, raccourcis dans la pensée, de sa simplification des choses ou au contraire de sa volonté à trop détailler ; de sa difficulté à prendre des décisions ; de ses régressions infantiles ; de se sentir dans la confusion, ne pas pouvoir rendre compte avec les mots justes, les situations, les ressentis ; de son perfectionnisme, de vouloir être dans une cohérence, d’éviter les contradictions et de vivre les choses en différé.

Tout cela a pu être mis en évidence dans la précision de ses compositions artistiques et Maud a pu, avec l’illustration concrète de ces attitudes exposer, nommer, expliquer et par l’échange avec le thérapeute, repenser l’automatisme, l’évitement, la dispersion

– Relation communication : De là bien sûr, découle une prise de conscience du besoin de contrôle et du droit à se réattribuer une place ; s’ensuit une prise de conscience du besoin de remettre le corps et la parole en mouvement.

– Expression : Ce travail en co-thérapie aura permis également le déblocage de certaines émotions ; Maud a pris de la distance par rapport aux événements et s’autorise à évoquer le traumatisme, à dédramatiser, à se déculpabiliser et donc travaille sur son identité de « non-coupable ». Elle dit avoir retrouvé l’accès à la rêverie, à l’imaginaire.

– Socialisation : Trois points sont à noter dans la resocialisation de Maud : venir à tous les ateliers avec le groupe, sortir de chez soi et reprendre un emploi.

Le dixième atelier a eu lieu le samedi 7 janvier 2016 – Maud a commencé un nouveau travail de garde d’enfant par l’intermédiaire d’une agence. Elle a fait valoir ses études de psychomotricienne. Elle réfléchit autour des enfants, car elle ne se voit pas faire de la garde d’enfants juste pour faire de la garde d’enfants ce qui ne serait pas intéressant et selon les valeurs de l’agence, elle essaye de retrouver doucement son domaine, la psychomotricité. Elle se rend compte que ça lui facilite certains réflexes, certains points de vue et observations. Maud écrit : “et puis mine de rien, je me resocialise, je vois plein de parents, je fais le trajet en RER… J’ai pris le livre : l’enfant sous terreur d’Alice Miller.”

6 – Discussion

Étant donné que la participante est venue dans le cadre d’ateliers de victimes indirectes des attentats de Paris, amenée par la souffrance d’une proche, il conviendrait de l’écarter peu à peu de cet événement pour resserrer le cadre et le rendre plus personnel afin qu’elle recrée son espace intime et qu’elle trouve sa bonne distance avec sa famille.

La préparation d’ateliers ne garantit en aucun cas leur réussite. Maud et moi-même devons faire face aux imprévus, aux réactions personnelles qui peuvent même être étrangères à la participante. C’est pourquoi, nous nous sommes appliquées à faire un point après chaque séance, à rassembler nos impressions et nos besoins. Mais, il manque toujours du recul pour réinjecter dans la séance suivante ce que l’on vient d’apprendre et en tirer le meilleur parti. Il est donc évident qu’avec davantage de temps, certains points auraient eu besoin d’être affinés, certaines idées pertinentes auraient pu émerger plus tôt au bénéfice de Maud.

Étant donné le peu de temps qui nous a été alloué pour cette thérapie, nos objectifs n’ont pu être qu’à moitié réalisés sur 10 séances. Ceci, nous pousse à envisager une suite. Nous nous retrouverons une fois par semaine dans un atelier à Clichy et nous sommes tombées d’accord pour poursuivre sur un blogue : http://artherapievirtus.org/R-A-I-V-I/

L’absence de contact physique avec risque de perception d’intrusion y deviendra un avantage tant pour Maud que pour le thérapeute si nous voulons approfondir le travail sur la base de la vraie raison de sa venue aux ateliers. L’apport de photos, de vidéos, de bandes son, permet toutes les ouvertures artistiques et une communication hors langage bien loin d’un débriefing. L’hémisphère droit, siège de l’émotion peut alors suffire à l’échange.

Il permet dans ce même esprit de co-thérapie, tant au thérapeute qu’au patient de se retrouver, de se rassembler par la conservation des échanges et des créations qui bien souvent font l’objet de destruction de la part du sujet en souffrance suite à des besoins de faire disparaître la concrétisation de ce qui le hante. Il autorise ainsi l’illustration évidente d’une évolution positive, sauvegarde du moi car la dépendance à l’autre est vécue comme insupportable (Jeammet, 2000). La liberté que donne la libre expression sur le blogue permet de s’attacher à un travail quotidien qui éloigne la dépression et sans dépendance.

Une resocialisation est en route à travers cette communauté virtuelle, dans laquelle les échanges avec d’autres personnes victimes de viols par inceste est fructueuse.

Source et bibliographie : Thyma