violences sexuelles et VIF

Comparaison des violences sexuelles intra et extrafamiliales sur enfants dans un contexte médico-légal

Publié Laisser un commentairePublié dans abus psychologique, agresseur, silence, symptomes, violences sexuelles

Contexte : Les violences sexuelles sur enfants restent un problème accentué par la difficulté de détection. L’objectif de cette étude était de comparer les données intrafamiliales (IF) et extra-familiale (EF) de violences sexuelles à l’égard des enfants, à la recherche de variables différentielles qui pourraient permettre une meilleure intervention et une meilleure prévention.

Résultats : Les violences sexuelles intrafamiliales (IF) sont significativement plus susceptibles de se produire à plusieurs reprises, avec un retard plus important dans leur révélation, et avec des victimes plus jeunes

Le handicap mental était plus fréquent chez les victimes de violences sexuelles extrafamiliales (EF).

La proportion de familles recomposées était plus élevée, avec plus de dossiers juridiques, et plus d’antécédents de violences domestiques parmi les familles de victimes de violences sexuelles, avec de dossiers juridiques, et plus d’antécédents de violence domestique.

Et même dans les cas de violences sexuelles EF, 78 % des agresseurs étaient connus des victimes; dans environ 80 % des cas, l’agression a été signalée par un membre de la famille.

Conclusion : Les résultats soulignent la nécessité de poursuivre le développement de programmes de détection dans les écoles, la police ou les milieux de la santé, car les signalements par les professionnels sont rares.

La maltraitance des enfants inclut les différentes formes de violences physique, sexuelles et psychologiques, la négligence et l’abandon. Enfant Les agressions sexuelles sur enfants (CSA) est également un terme général décrivant un large éventail d’événements dont les caractéristiques varient, tels que l’âge de la victime, la relation avec l’auteur, ou le type de violence (Ventus, Antfolk, & Salo, 2017). (…)

D’après la synthèse des recherches (Gekoski, Davidson, & Horvath,2016), il est possible de conclure que la majorité des CSA sont intrafamiliaux (IF). Ces cas ont des conséquences plus graves et une corrélation plus forte avec le cycle de la violence. Dans les CSA-IF, les filles sont plus susceptibles d’être victimes, et bien que les familles puissent être de tous types socio-économiques, les études dépeignent généralement les familles dysfonctionnelles. (…)

Au Canada, sur 1 037 archives de police (Fischer & McDonald, 1998), la prévalence est de 44 % pour les violences sexuelles IF. Ces travaux indiquent une apparition plus précoce et une durée plus longue de ce type de violences. Les victimes IF (6,98 ans) sont plus jeunes que les victimes EF (9,88 ans) au moment des premiers violences.victimes (9,88 ans) au moment des premiers abus. En outre, seulement 23,5 % des cas IF contre 62,4 % des cas EF ont été limités à un seul événement. Concernant la révélation et les circonstances entourant les agressions, une plus grande proportion de victimes n’en a pas parlé (17,7 % contre 10,9 %), on rencontre une plus grande résistance des familles à la révélation (10 % contre 3 %) et une moindre présence de témoins (17 % contre 30 %) parmi les victimes IF. Et pas de différences quant au sexe de la victime (45 % des garçons et 43 % des filles ont été agressées par des auteurs IF). (…)

Dans une récente méta-analyse développée à partir de 62 travaux empiriques sur un échantillon total de 14 494 victimes (Ventus et al., 2017), il est apparu que les violences sexuelles IF sont associées à une survenue plus précoce, plus fréquente et plus durable, ce qui les rend plus insistantes et physiquement intrusives (plus les épisodes de violence sont nombreux, plus il est probable qu’ils impliqueront force et/ou contact) (…)

D’une manière générale, on peut affirmer que les révélations sont moins nombreuses et qu’il existe plus de problèmes liés à la révélation parmi les victimes de violences sexuelles IF. Ces violences durent plus longtemps et il y a un délai plus important entre le début des agressions et les témoignages officiels. De nombreuses différences apparaissent en matière de révélation. Des estimations globales (Londres, Bruck, Wright, & Ceci, 2008) montrent qu’environ 55 % à 66 % des victimes ne révèlent jamais les violences sexuelles subies, et seuls 5 à 13 % les déclarent aux autorités. Selon Lahtinen, Laitila, Korkman, & Ellonen (2018), le taux de révélation dans une enquête menée en Finlande auprès 11 364 participants de sixième et neuvième année (avec une prévalence d’agressions de 2,4%) était de 86%. Néanmoins, seulement 26 % d’entre eux l’avaient révélé à un adulte, et 12 % aux autorités. Ils ont souligné que si les enfants victimes ne mentionnent ces événements qu’auprès de leurs pairs (48%), il est fort probable que l’agression sexuelle persiste et qu’aucune intervention ne se fera rapidement. Il a été signalé (Lev-Wiesel & First, 2018) que plus les cas de CSA sont graves, plus la la volonté de les divulguer est moindre, et que les garçons sont plus réticents à révéler toute forme d’agression (voir aussi McElvaney, 2015). (…)

Les agressions répétitives représentent 70,6 % de l’échantillon global. Les cas d’agressions répétitives sont significativement plus élevés chez les victimes de violences sexuelles IF (88,9%) que parmi les victimes EF (55,7%). Les chiffres d’agressions répétitives sont 6,3 fois plus élevés dans les cas IF. Le temps écoulé entre la première agression et la révélation ou l’intervention de la police était sensiblement plus élevé dans les cas IF que dans les cas EF . Soixante-et-onze pour cent des cas IF ont duré plus d’un an, tandis que 76 % des cas EF ont duré moins d’un an. Le délai de divulgation supérieur à un an est 8,1 fois plus important dans les cas IF. Vingt-quatre pour cent des cas IF ont perduré plus de quatre ans, contre 5,8 % des cas EF. En effet, un taux de 10 % des cas IF ont duré plus de neuf ans. Il n’y a pas eu de différences en matière de type d’agression sexuelle, et dans les deux groupes, l’informateur principal/le plaignant était un membre de la famille (principalement la mère ou le père).

Il n’y a pas de différences dans la détection par les professionnels (14,1 % contre 15,6 %) ou par la famille/les amis (85,9 % contre 84,4 %) entre les 2 groupes. Parmi les cas IF, 42,4 % des victimes avaient moins de neuf ans et 76,7 % avaient moins de 12 ans. Près de cinquante pour cent des victimes de violences sexuelles EF avaient 12 ans ou plus. Ainsi, les victimes de l’IF sont plus jeunes au moment de l’agression, et plus la victime était âgée, moins les cas IF sont fréquents. Bien que la prévalence des femmes soit légèrement plus élevée parmi les cas IF, la différence n’est pas statistiquement significative.

En ce qui concerne les antécédents familiaux, dans les cas de violences sexuelle IF, il y a beaucoup plus de dossiers juridiques, de problèmes de violence domestique et d’antécédents d’agressions sexuelles. Les familles étaient comparables dans les deux groupes en ce qui concerne les antécédents de santé mentale, de toxicomanie et de problèmes économiques, mais il y avait davantage de familles recomposées au sein de l’IF et davantage de services de garde d’enfants au sein de l’EF. Presque tous les agresseurs étaient des hommes, sans différence d’âge entre IF et EF. Dans les deux groupes, la plupart des auteurs du crime n’avaient pas de condamnations antérieures. Pour les violences IF, les agresseurs étaient des membres proches de la famille dans 21,1 % des cas. Parmi les cas EF, 20,7 % des agresseurs étaient des inconnus et 79,3 % étaient des connaissances (…)

Discussion

Certaines des différences décrites sont censées être liées à des conséquences plus graves pour les victimes de violences sexuelles intrafamiliales, bien que nous n’ayons pas pu le confirmer. Plus de secret et moins de visibilité permettent aux agressions sexuelles de se produire de manière plus continue, ce qui retarde leur révélation, et rendent difficile la découverte par des tiers (Magalhães et al., 2009). Les cas de violences sexuelles IF dure plus longtemps du fait que la victime soit plus présente (Mian et al., 1986). Selon des études antérieures, le fait que la victime subisse de plus nombreuses agressions rendent ces cas potentiellement plus préjudiciables, ces conséquences résultant non de la relation (et de la trahison), mais de la répétition et de la durée des abus (Fischer & McDonald, 1998 ; Ventus et al., 2017).

Adapté et traduit par courtoisie de PubMed

abus sexuel

Pourquoi j’ai gardé le secret pendant 20 ans – 10 raisons pour lesquelles les enfants ne révèlent pas les agressions sexuelles

Publié 1 CommentairePublié dans dévoilement, silence, témoignage

J’étais une jeune adulte la première fois que j’ai dit à une figure d’autorité que j’avais subi des violences sexuelles. La réaction a été loin d’être idéale.
“Si votre enfance était si mauvaise, pourquoi avoir attendu jusqu’à maintenant pour en parler à quelqu’un ?”
L’assistante sociale qui m’a posé cette question manquait totalement de sensibilité et n’était pas particulièrement douée dans son travail. Néanmoins, elle avait raison. J’ai gardé le secret sur mes sévices sexuels pendant 20 ans. Les agresseurs sexuels comptent sur le secret avec leurs victimes. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les enfants ne parlent pas à quelqu’un de leur agression ?


Voici dix raisons, ainsi que des expériences de victimes, qui expliquent pourquoi les enfants gardent le secret.

Ils ne savaient pas qu’il s’agissait d’un acte de violence.
Un agresseur sexuel prend son temps pour se frayer un chemin dans la zone de confort d’un enfant. Souvent, il se trouve déjà dans la sphère de confiance. Il peut être, par exemple, un membre de la famille, un membre du clergé ou un enseignant.
Les violences débutent généralement par des gestes acceptables. “Les sévices que j’ai subis dans mon enfance ont commencés à l’heure des histoires, des petits frottements de dos et des câlins avec mon père. Qu’y a-t-il de plus innocent que cela ?” – Toni C.

Ils ne se souviennent pas des agressions.
L’une des réponses les plus courantes au traumatisme est de l’oublier. Ces souvenirs s’enfouissent jusqu’à ce qu’un événement extérieur déclenche le retour des souvenirs chez la victime.
Ce réveil des souvenirs peut se produire à tout moment dans la vie du survivant. Il se peut aussi qu’il ne se produise pas du tout.
“J’avais 17 ans lorsqu’un cauchemar a fait surgir le souvenir de l’agression sexuelle commise par une baby-sitter qui s’était occupée de moi quand j’avais 6 ans. – Toni C.

Ils pensent que l’agression est de leur faute
L’agresseur fait porter la responsabilité de l’acte à la victime. Le fait de blâmer la victime donne à l’agresseur non seulement le sentiment que ses actes sont justifiés, mais contribue aussi à la faire taire. Si un enfant a l’impression d’avoir participé à un acte répréhensible, il est peu probable qu’il le dise à qui que ce soit de peur d’être puni.
“Mon agresseur m’a dit qu’il voulait résister, mais que j’étais trop tentant. Je ne savais pas ce qu’était la tentation. Je pensais que j’avais fait quelque chose de mal et que c’était cela qui avait provoqué l’agression”. - Anonyme

Ils ont peur de parler à qui que ce soit de ces violences
Les agresseurs utilisent des tactiques de torpeur pour faire taire les enfants sur les violences sexuels. Ils peuvent menacer de blesser ou de tuer l’enfant, ou les personnes que l’enfant aime.
“Mon père me disait que si j’en parlais, il agresserait ma sœur. Je ne savais pas qu’il disait la même chose à ma sœur . – Anonyme

Ils ont honte des agressions

Les victimes de sévices sexuels ont honte de ces violences. Lorsqu’une victime ose en parler, on lui pose des questions difficiles et embarrassantes et on lui fait subir des examens physiques invasifs. Tout cela ne fait qu’ajouter au fardeau de la honte. “Quand j’avais 13 ans, ma mère m’a demandé avec désinvolture : “Tu te souviens de cette chose qui s’est passée avec ton père quand tu étais petite ? Est-ce que ça va ?” J’ai tout de suite su de quoi elle parlait, et ça m’a fait honte. J’ai rapidement dit que j’allais bien et j’ai changé de sujet. Elle ne m’a plus jamais demandé”. - Toni C.

Ils ne font confiance à personne avec leur secret
Même dans les cas où un enfant aimerait révéler son secret, il se peut qu’il n’ait personne à qui le confier en toute sécurité. Dans ce cas, le choix le plus sûr pour un enfant maltraité est de se taire.
“J’avais l’habitude de poser juste quelques mots avec quelqu’un en qui je pensais pouvoir avoir confiance. C’était ma façon de les tester. Ça n’a jamais bien tourné, alors je n’ai jamais révélé mon grand secret à personne.” - Toni C.

Ils ne veulent pas faire de mal à ceux qu’ils aiment
La plupart des agressions se produisent à proximité ou au sein du foyer. Pour qu’un adulte puisse se rapprocher d’un enfant, il faut qu’on lui fasse confiance. Cela signifie que l’enfant a vu une relation amicale, voire amoureuse, entre son agresseur et d’autres personnes de son entourage.
“J’ai voulu le dire dès que je me suis souvenu de l’agression sexuelle. Mais je ne pouvais pas me résoudre à briser ma famille comme ça”. - Jaz G.

Ils pensent qu’ils le méritent
La violence sexuelle est parfois utilisée comme forme de punition. Les enfants sont punis par des figures d’autorité qu’ils respectent. Si une personne qu’ils respectent leur dit qu’ils méritent cette punition, ils la croient.
“Je regardais les autres enfants heureux et me demandais ce que j’avais fait pour être si différent d’eux. Je pensais à toutes les mauvaises choses que j’avais faites et je me demandais si c’était la cause de ces agressions sexuelles”. – Toni C.

Ils n’ont pas la terminologie pour le dire
Les enfants ne savent généralement pas grand-chose de la sexualité. Il se peut qu’ils soient trop jeunes pour comprendre ce que c’est. Cela peut aussi être dû au fait qu’ils n’ont pas été éduqués à ce sujet. Même s’ils en connaissent quelque chose, ils peuvent ne pas se rendre compte que ce qu’ils vivent est sexuel. Il se peut aussi qu’ils n’aient pas le vocabulaire ou les notions nécessaires pour exprimer ses expériences.
“J’avais 4 ans lors de mon premier souvenir d’agression. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait. Je pensais que c’était juste une autre de ces choses bizarres que font les adultes”. – Toni C.

Ils pensent que personne ne les croira
J’ai gardé la raison la plus importante pour la fin. C’est une crainte que partagent la plupart des victimes. Souvent, leurs agresseurs sont des personnes qui ont la confiance et l’amour de tous ceux qui entourent l’enfant. L’agresseur dira souvent à l’enfant que personne ne le croira. La victime verra fort probablement d’autres victimes se manifester dans les médias ainsi que les réactions d’incrédulité qui s’ensuivent.
“J’ai essayé de dire à la mère de mon amie que son mari m’avait tripotée. Elle a dit qu’il m’avait accidentellement frôlé. Elle a refusé d’en entendre plus et m’a exclue de la vie de mon amie”. – Anonyme


Que pouvez-vous faire pour nous aider ?
Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles les enfants peuvent ne pas en parler. L’important est de se rappeler que toutes ces raisons sont valables. L’agresseur est celui qui est en tort, pas la victime.
La meilleure chose que vous puissiez faire pour une victime d’agression sexuelle est d’être présent. Ne lui demandez pas pourquoi elle n’a rien dit. Écoutez-la simplement, et croyez-la.
Si je pouvais parler aujourd’hui à l’assistante sociale qui a mis ma parole en doute dans ma jeunesse, je lui dirais : “Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles je n’ai rien dit quand j’étais enfant et aucune d’entre elles n’a d’importance. Je le dis maintenant parce que mon histoire m’appartient. C’est à moi de choisir comment et quand la raconter”.

Traduction par courtoisie depuis Medium

La vie d’un survivant de l’inceste, selon 3 victimes

Publié 1 CommentairePublié dans abus psychologique, addiction, agresseur, culpabilité, déni, dévoilement, dysfonctionnement familial, honte, justice, mémoire traumatique, psychothérapie, relations familiales, résilience, silence, tabou, témoignage, TSPT/SSPT/ESPT/PTSD

Imaginez que vous êtes coincé dans un cycle d’abus et de traumatismes, avec apparemment aucun moyen de vous libérer de ce que vous traversiez. Ensuite, imaginez que lorsque vous demandez de l’aide, vous faites face à la stigmatisation et au dégoût entourant le cauchemar dans lequel vous êtes coincés.

C’est souvent ce que ressentent les survivants de l’inceste. La cible de la colère des membres de la famille qui veulent que vous restiez silencieux, ou les soi-disant “alliés” qui font nonchalamment des blagues sur l’inceste sur Internet, font qu’il est dur de naviguer dans ce monde en tant que survivant. Le mouvement #MeToo a fourni aux personnes marginalisées une plate-forme pour parler des agressions sexuelles, mais certaines survivantes ont le sentiment que la dénonciation du silence autour de l’inceste n’a pas réussi à les inclure, ni leurs expériences, ni la discrimination unique à laquelle elles sont confrontées.

Bien que l’inceste soit systématiquement négligé dans la prévention et la sensibilisation aux agressions sexuelles, il est répandu aux États-Unis et dans le monde. Le Réseau national de viol, d’abus et d’inceste (RAINN) estime qu’au moins 34% des auteurs d’agressions sexuelles sur enfants sont un membre de la famille de la victime. Alors que les pères seraient les auteurs les plus fréquents d’inceste, selon une étude publiée en 2014, tous les membres de la famille, y compris les frères et sœurs, les mères, les cousins, les oncles, les tantes et les autres parents proches, peuvent en être les auteurs, tout comme les personnes de tout sexe, peuvent en être les victimes.

L’inceste est une forme de violence sexuelle insidieuse. La plupart des enfants font naturellement confiance aux membres de leur famille proche, et lorsque l’inceste se produit, cela peut être profondément choquant, déroutant et honteux pour les victimes.

J’avais huit ans [quand mon père a commencé]. Comme pour beaucoup de petites filles, mon père était mon idole. Rien n’était plus grand que lui. Il était mon meilleur ami. Il était quelqu’un en qui j’avais confiance et que j’aimais” raconte Julia, une survivante de l’inceste. “C’est naturel de penser : Oh mon Dieu, est-ce que j’ai provoqué ça?, quand une personne se sert de son autorité pour abuser – vous n’avez pas votre mot à dire sur ce qui se passe.”

De plus, les victimes sont souvent réduites au silence par les personnes sur lesquelles elles devraient pouvoir compter le plus – les autres membres de la famille.

Anne affirme avoir été agressée à plusieurs reprises. Elle s’est confiée : ”Je n’ai parlé de cet abus à ma mère que des années plus tard, et elle m’a reproché de m’être mise dans cette situation. Et elle est toujours en contact avec mon cousin qui m’a agressé, malgré le fait que je lui dise à quel point ça me fait mal. Pour Anne, les mauvais traitements ont commencé après son immigration des Caraïbes aux États-Unis pour vivre avec son père et sa belle-mère, à l’âge de 16 ans. “Les abus sexuels ont cessé lorsque j’ai commencé ma première année d’université. Les abus émotionnels et physiques ont continué”, dit-elle. “Le processus de guérison n’a pas été un parcours facile.” Quand elle a parlé de cet abus à sa famille, ils l’ont dissuadée de le signaler. “Ils avaient tous peur de lui. Il a passé sa vie à terroriser tout les gens qu’il a rencontré”, a-t-elle confié. “En en parlant, vous détruisez le passé qu’ils se sont fourvoyé à croire.”

Dr. Patti Feuereisen, psychologue et auteure de ”Invisible Girls” explique qu’il peut être impossible pour les survivants de l’inceste de s’éloigner de leurs agresseurs. La majorité des enfants dépendent des membres de leur famille pour obtenir des conseils , ainsi qu’un soutien financier et émotionnel. Bien que toutes les formes d’agressions sexuelles soient terribles et méritent d’être condamnées, les victimes d’inceste ont rarement un lieu sûr où s’échapper et sont particulièrement vulnérables lorsqu’elles sont chez elles.

Les abus sexuels dans l’enfance peuvent avoir des conséquences dévastatrices pour la santé mentale et physique des survivants. En 2007, des pédopsychiatres ont déclaré que le trouble de stress post-traumatique ne couvrait pas entièrement l’étendue des symptômes observés chez les jeunes patients victimes d’un traumatisme. Selon l’American Psychological Association, ils ont proposé d’ajouter “trouble de développement traumatique” au Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux afin de reconnaître “l’exposition à de multiples traumatismes chroniques” à un jeune âge.

Les experts s’interrogent encore sur l’ajout des troubles traumatiques du développement au manuel psychiatrique , mais il est impossible d’ignorer les conséquences d’un traumatisme subit à un jeune âge. Julia dit qu’elle a eu des idées suicidaires à 12 ans. “Je ne pouvais demander de l’aide à personne, comment j’aurais pu?” dit-elle. “Je pensais : je vais mourir demain.” C’est uniquement parce que son père a commencé à la laisser tranquille qu’elle n’a pas tenté de se suicider.

Comme le démontrent les recherches, les victimes d’inceste peuvent avoir recours à l’auto-mutilation, à des troubles de l’alimentation, à la toxicomanie et à d’autres comportements auto-destructeurs pour faire face à leur traumatisme – jusqu’à ce qu’elles trouvent un lieu sûr et accueillant, à l’abri des abus, et qu’elle puissent s’informer sur la prise en charge des traumatismes . D’autres troubles graves, tels que le trouble de la personnalité, la dépression et la dysmorphie corporelle sont également en forte corrélation avec les abus sexuels durant l’enfance.

En outre, le Dr Feuereisen explique qu’il n’est pas rare que des enfants survivants développent une hypersexualité en réponse à la maltraitance, alors que d’autres peuvent éprouver une aversion totale pour le sexe et la sexualité. Cependant, elle dit que “les deux sont réactives – en réponse au traumatisme- mais pas pour toujours”.

Étant donné l’impact traumatique de l’inceste sur les victimes, la société et les familles, il n’est pas suffisamment pris en compte dans nos sociétés – et ce en dépit de la volonté de responsabiliser les victimes d’agressions sexuelles avec la campagne #MeToo et Time’s Up. L’auteur Mia Fontaine a donné une explication à ce sujet dans un article de 2013 pour The Atlantic :

Étant donné la prévalence de l’inceste et le fait que la famille est l’unité de base sur laquelle repose la société, imaginez ce qui se passerait si chaque enfant actuellement victime de violence – et chaque adulte victime de violence demeurant silencieux – sortait des sentiers battus, insistait pour que justice soit rendue et appliquée. Le tissu même de la société serait déchiré.

Ce sentiment est toujours d’actualité. L’inceste est un sujet inconfortable dont beaucoup d’entre nous, même ceux qui ont vécu l’inceste, ne souhaitent pas parler. De nombreux survivants de l’inceste peuvent se sentir obligés de ne pas perturber l’équilibre familial, malgré les abus passés ou présents. D’autres survivants peuvent ne pas se souvenir des violences. Pour cela et pour bien d’autres raisons encore, l’inceste reste sous-déclaré.

” D’après mon expérience, l’inceste, même une fois révélé, demeure une chose à cacher. Il n’y a pas de justice parce que c’est une famille” selon Anne . ”Meme si j’ai parlé de ce qui s’est passé à plusieurs proches, ils insistent toujours pour sauver les apparences et demeurer ami avec mon agresseur. Ils me disent de garder le silence et me tiennent responsable de ce qui s’est passé. On ne peut pas briser les liens. Il me reste la honte et la culpabilité d’être une victime. ”

La voie du rétablissement et du mieux-être peut s’avérer moins difficile pour les survivants lorsque l’on aborde les stigmates et mythes associés à ce type d’abus sexuel, qui ont tendance à être ignorés.

“J’espère que les personnes qui n’ont pas connu l’inceste savent que ce n’est pas parce qu’un proche est membre de la famille que c’est une bonne personne, qu’il s’agisse de l’agresseur lui-même ou des personnes qui continuent à le soutenir. Les agressions sexuelles ne sont jamais acceptables », déclare Anne. ”Les agressions sexuelles peuvent survenir n’importe où, même à la maison, un lieu normalement associé à la protection et à la sécurité, et avec des personnes de confiance. Nous avons tendance à rester assis en silence, dans un climat de peur, de honte et de culpabilité qui ne nous appartiennent pas vraiment”, explique Summer. “Nous savons qu’une fois que nous commencerons à rester debout dans notre vérité, nous allons énerver beaucoup de gens. Il est temps que nous, survivants de l’inceste, arrivions à réaliser que ce n’est pas grave de déranger les gens.”

“Il est crucial de parler de ces abus sexuel, et en particulier de l’inceste, lorsque vous êtes jeune, à l’adolescence ou dans la vingtaine”, a déclaré le Dr Feuereisen. “Nous devons croire toute personne qui sort de l’ombre. Nous devons comprendre qu’elle ne pouvait pas sortir du silence.” Julia est d’avis que parler d’un traumatisme est la seule façon de le traiter, et elle espère que les enfants victimes de violences se rendront compte qu’ils ne sont pas seuls. “J’ai décidé d’utiliser mon histoire comme moyen de guérir”, dit-elle. Julia veut que les survivants sachent qu’ils ne doivent pas se blâmer eux-mêmes. “On a profité de vous”, dit-elle. Anne dit qu’elle a également intériorisé beaucoup de discours nuisibles au sujet de son abus. “Soyer prêt à défier votre histoire”, dit-elle. “Nous nous sommes racontés tant de c*ies.”

Le message ici n’est pas seulement d’être plus disposés à parler ouvertement de l’inceste dans nos sociétés, mais que les survivants puissent enfin trouver une voie, se sentir en paix et mener une vie épanouissante. La recherche nous montre chaque jour de plus en plus qu’avec l’aide de thérapeutes professionnels, notre cerveau peut en fait être reprogrammé après un traumatisme. Dr. Feuereisen dit qu’une pratique qu’elle utilise souvent avec les survivants est la méthode Remap. Lors de la reconfiguration, similaire à la thérapie d’exposition, le survivant revisite mentalement l’espace ou la situation dans lequel le traumatisme s’est produit pour reconnecter le cerveau afin de faire face aux déclencheurs. “La peur est transformée lorsque vous dépassez votre traumatisme et que vous le visualisez de manière positive. En reprogrammant votre expérience à plusieurs reprises, vous réduisez le traumatisme”, explique le Dr Feuereisen.

”Je veux qu’il soit clair que l’abus sexuel et l’inceste ne constituent en aucun cas une condamnation à mort”, a déclaré le Dr Feuereisen. “Vous n’êtes pas un bien endommagé. Vous pouvez aller mieux. “

L’espoir de guérison des survivants de l’inceste n’est pas un rêve éphémère: de nombreuses preuves soutiennent l’idée que la guérison après un abus sexuel est tout à fait possible, et qu’en parler sans honte est un aspect essentiel du rétablissement. Alors que les discussions portant sur la manière dont notre société peut éliminer les violences sexuelles continuent de prendre de l’ampleur, les survivants de l’inceste méritent de faire entendre leur voix dans la politique, la défense des droits et à travers #MeToo.

Source :  KYLI RODRIGUEZ-CAYRO and AYANA LAGEBustle

Quand les adultes victimes d’inceste sortent du silence

Publié Laisser un commentairePublié dans dévoilement, silence, symptomes

Etude qualitative auprès de 15 victimes d’inceste

Contexte En France, les études de victimisation sont rares. Le nombre de victimes d’inceste est estimé à 3% de la population. Le médecin de premier recours a un rôle primordial pour dépister, favoriser la parole des victimes et les accompagner. Seulement 9% des victimes en parlent pour la première fois à leur médecin.
Objectifs Quels sont les symptômes d’alerte? Quelles sont les attentes des victimes d’inceste envers leur médecin généraliste?
Méthode Etude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 15 adultes victimes d’inceste dans leur enfance. Résultats L’enfance est marquée par de nombreux symptômes répétés, qui persistent et se diversifient à l’âge adulte, points d’alerte pour les médecins. La normalité du vécu, la peur de trahir la famille, puis la honte, la culpabilité, les jugements sont les principaux freins à la parole pour l’enfant puis l’adulte. C’est au médecin d’interroger systématiquement sur d’éventuelles violences subies. Les victimes souhaitent être écoutées, recevoir des explications sur leurs symptômes en lien avec les traumatismes et être accompagnées. Conclusion Prendre du recul sur des symptômes répétés chez un enfant et l’interroger alors seul sans ses parents, poser systématiquement à tout adulte la question d’éventuelles violences subies dans l’enfance permettraient aux praticiens d’abattre les murs du silence qui emprisonnent les victimes d’inceste.

Thèse présentée à l’Université Claude Bernard Lyon 1 et soutenue publiquement le 24/11/2014 par CHARBIT Céline