Comment les survivants de traumatismes complexes peuvent apprendre à faire confiance aux gens

ptsd

Un traumatisme complexe est un traumatisme interpersonnel continu ou répété – violence et négligence – infligé par d’autres. Le problème de la confiance est l’une des conséquences handicapante et persistante de ces agressions, qui sont souvent à l’origine du syndrome de stress post-traumatique et/ou de stress post-traumatique complexe. C’est tout à fait logique, si l’on considère que le survivant a subi un préjudice permanent, en particulier de la part de ceux en qui il était censé pouvoir avoir confiance, sur qui il devait pouvoir compter et avec qui il se sentait en sécurité.

Cette tendance s’intensifie lorsque les mauvais traitements/traumatismes ont été subis pendant l’enfance. Ne pas avoir appris à développer des relations saines, ne pas avoir eu de modèle, fait que le survivant a un manque de savoir-faire nécessaire à l’âge adulte. Savoir quand et comment faire confiance aux autres en fait partie.

Les problèmes de confiance peuvent être soit de ne faire confiance à personne, soit de faire confiance trop rapidement et trop facilement. Ces deux situations entraînent d’autres difficultés douloureusement supportables. Les survivants peuvent passer d’un mode de fonctionnement à l’autre, suivant ce qui se passe dans leur vie. Souvent, la confiance est trop facilement accordée, ce qui a pour effet de blesser davantage le survivant, qui se met alors en mode « je ne ferai plus jamais confiance à personne ». Beaucoup de manières de faire face. Toutes très compréhensible.

Ne faire confiance à personne – c’est un instinct de survie et d’adaptation. Si nous ne faisons confiance à personne, nous ne pouvons pas être blessés, n’est-ce pas ? …. Mais, cette façon bien compréhensible de se protéger signifie que nous n’avons pas de relations saines avec les autres. Cela peut conduire à un sentiment douloureux de solitude et de manque de connexion avec les autres. Et se connecter aux autres est un besoin humain vital.

Faire confiance aux gens trop rapidement et trop facilement a souvent pour conséquence de nuire davantage au survivant. Ne pas savoir comment bâtir la confiance avec discernement pose le problème de se retrouver dans des relations malsaines, toxiques et abusives.

Je vois très souvent dans mon travail de défenseur et d’écrivain des victimes de sévices – des survivants de traumatismes complexes qui disent qu’ils « ne feront jamais confiance à personne » et je souhaite encourager avec douceur les survivants à savoir qu’il existe un moyen de développer la confiance, lentement et prudemment, tout en se préservant.

Ma première thérapeute, spécialisée en traumatismes, était une femme étonnante et avisée, qui m’a aidée à résoudre mes problèmes de confiance. En tant que survivante de multiples traumatismes complexes subis depuis la naissance, mes problèmes de confiance étaient bien ancrés.

Voici la marche à suivre qu’elle m’a donné pour apprendre à faire confiance de manière saine et à développer des relations sûres :

La confiance n’est ni accordée, ni exigée, elle se gagne. Avec prudence.

Il y a des gens « bien », avec qui nous pouvons avoir des relations saines. Cela peut sembler difficile à croire, mais c’est vrai. Savoir si quelqu’un est sain est essentiel pour établir des relations positives.

Tout le monde ne va pas nous maltraiter. Il existe des personnes qui ne sont pas violentes. Personne n’est parfait, mais il y a des gens qui sont respectueux, attentionnés et qui veulent le bien des autres.

Vous devez fixer des limites saines à vos propres comportements et à vos choix. Vous devez comprendre comment interagir avec les autres, comment construire des relations, y compris de confiance – cela relève de votre propre responsabilité et vous devez apprendre le contrôle de soi afin de procéder avec prudence.

Vous ne pouvez pas faire confiance à qui que ce soit à 100% mais vous pouvez apprendre qui est suffisamment digne de confiance.

La confiance se construit, lentement et avec prudence. Pas en se lançant « à fond ». Et pas en refusant catégoriquement d’essayer de faire confiance à quelqu’un.

Ne dites pas directement à quelqu’un que vous avez des « problèmes de confiance ». Gardez cette information pour vous.

Ensuite, observez comment cette personne se comporte avec les autres. Est-elle gentille ? A-t-elle une interaction saine ? Ses comportements sont-ils cohérents ? Si oui, c’est un bon début.

Si elle respecte les autres et que vous avez appris à la connaître un peu, donnez-lui juste quelques informations sur vous-même, en particulier sur votre passé traumatique. Quelque chose qui ne soit pas trop révélateur. Ainsi, au lieu de ne rien révéler, ou de tout raconter sur votre vie, vous pouvez lui en dire un peu et voir comment elle le reçoit ? Comment elle réagit à cela ? A-t-elle fait preuve de respect à cet égard ?

Une fois que vous lui avez donné quelques informations, attendez de voir ce qu’elle en fera. Vous pousse-t-elle trop vite pour en savoir plus ? Vous semble-t-elle indifférente ? N’a-t-elle pas offert des paroles de soutien ? Va-t-elle en parler aux autres ? Parle-t-elle de vous aux autres ? Si c’est le cas, ce sont des signaux d’alarme qui suggèrent que cette personne n’est pas une « personne sûre ».

Si elle semble bien gérer cela – après un certain temps – vous pourrez lui en dire un peu plus, puis voir comment elle réagit. Et ainsi de suite.


Cette façon progressive de vous révéler, n’est qu’une question de prudence. Il s’agit de se protéger. Vous n’avez pas besoin d’en dire trop. Il est beaucoup plus sécuritaire de vous révéler lentement.
Une personne saine et respectueuse acceptera ce processus graduel. Dans le cas contraire, c’est un signal d’alarme et je vous conseille de ne plus donner d’informations révélatrices, ni d’autres informations concernant votre passé traumatique.
Il ne faut pas non plus être trop rapide avec certaines choses, comme le contact sexuel dans le cas d’une relation romantique. Si on vous pousse trop rapidement dans l’intimité sexuelle et que vous voulez y aller doucement, il faut respecter cela. Si la personne est respectueuse, vous pourrez lui faire davantage confiance avec le temps.


Il est également intéressant de voir comment les gens vous parlent d’eux. S’ils ne révèlent rien, ou s’ils vous en disent trop, c »est peut-être parce qu’ils ont leurs propres problèmes, et il est nécessaire de comprendre lesquels.


Construisez une relation de respect mutuel avec prudence. Discernez au fur et à mesure ce qui vous semble « louche » et prenez votre temps pour comprendre la personne.
Ne poursuivez que si ce processus minutieux révèle des comportements sains, cohérents et respectueux.
Appréciez la relation que vous avez construite, fondée sur la confiance et le respect mutuel.

La clé d’une relation saine est également de ne pas ignorer les comportements « d’alerte ». Des problèmes tels que le mensonge, la sournoiserie, la manipulation, le contrôle ne doivent pas être ignorés ou excusés. Si une personne affiche ces comportements ou d’autres comportements toxiques et nuisibles, elle doit être considérée comme une personne dangereuse.

Méfiez-vous de ceux qui semblent « trop beaux pour être vrais ». Il se peut qu’ils vous cachent des choses que vous êtes en droit de savoir. Les personnes saines feront leurs preuves au fil du temps, seront réceptives et accepteront que la confiance s’établisse progressivement. Observez la cohérence de leurs comportements, de leurs actions et de leurs réflexions. La constance suggère que la personne est saine.

Il est important que les survivants de traumatismes complexes sachent qu’ils méritent et ont besoin de relations de confiance saines et sécurisantes, et qu’ils sachent comment y parvenir.
Cela peut sembler impossible et je comprends cela…. J’ai eu de nombreuses conversations avec mon psychologue à ce sujet, sur une période d’un an. Mais je peux confirmer que ce processus de confiance fonctionne.

Et n’oubliez pas – vous ne pouvez pas apprendre à faire confiance si vous n’essayez pas.

Traduit par courtoisie depuis Healing from complex trauma and PTSD/CPTSD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.