Écrire un journal n’est pas seulement bon pour la santé mentale. Cela peut également améliorer votre santé physique.

écrire un journal

Coucher vos émotions sur papier permet de diminuer le stress, ce qui renforce votre système immunitaire – à condition toutefois de transformer ensuite vos émotions.

… Rien n’exige que vous soyez un bon écrivain.

…Il s’agit de prendre le temps d’extérioriser vos pensées et vos sentiments sans crainte d’être jugé, par vous-même ou par les autres.

Un architecte avec qui j’ai parlé m’a dit que son journal est loin d’être littéraire. « Il contient des listes de choses à faire, des idées qui me viennent lorsque je suis dehors et même lorsque je cours », a-t-il dit. « Si je ne m’arrête pas pour les écrire, je les oublie. » Lorsqu’il court, il garde une fiche et un stylo dans sa poche pour noter ses pensées et, lorsqu’il rentre chez lui, il met la fiche dans son journal.

Une autre personne m’a dit qu’elle avait commencé à tenir un journal lorsque sa grand-tante lui a offert un journal intime pour ses six ans :  » Je notais les sentiments que je ne pouvais pas révéler – quand j’étais vraiment en colère contre ma mère, par exemple, ou que je détestais mon meilleur ami, ou que je craquais sérieusement sur un garçon « . Au fil du temps, sa façon de tenir son journal a évolué, reflétant ainsi ses nouveaux besoins émotionnels. Ces jours-ci : « Je note tout ce que je peux sur tout ce sur quoi je travaille. Je ne m’arrête pas pour relire ou corriger l’orthographe ou la grammaire : j’écris juste aussi vite que possible, et j’écris tout ce qui me vient à l’esprit ».

Elle passe en revue ses problèmes et y consigne ses solutions. « Puis, dit-elle, je ferme le journal et j’attends une heure environ. Parfois, je trouve la solution durant ce temps. D’autres fois, je relis ce que j’ai écrit. Si aucune solution ne m’apparaît, je commence une nouvelle liste de pistes ».

Résoudre des problèmes, exprimer des sentiments cachés ou non désirables et garder la trace d’idées qui pourraient être utiles dans le cadre de projets artistiques ou professionnels sont autant de raisons de tenir un journal.

Mais comment cela peut-il améliorer la santé physique ?

La réponse semble venir du fait que l’écriture permet de réduire le stress, ce qui va renforcer votre système immunitaire.

Dans le cadre d’une étude, 107 patients souffrant d’asthme et de polyarthrite ont été invités à écrire pendant 20 minutes chacun pendant trois jours consécutifs : 71 participants devaient écrire sur l’événement le plus stressant de leur vie ; les 36 autres devaient noter leurs projets pour la journée. La quasi totalité des patients ont montré une amélioration significative de leurs symptômes, et ceux qui ont parlé de leur stress ont vu leurs symptômes s’améliorer davantage que les autres participants.

Une autre étude menée auprès de 37 patients séropositifs a donné des résultats similaires. Deux groupes ont été constitués, l’un pour écrire sur les expériences négatives de leur vie et l’autre sur leur emploi du temps. Dans cette étude, ceux qui ont décrit leurs expériences de vie ont présenté une plus forte amélioration au niveau du virus, bien que cela n’ait pas duré selon les résultats obtenus quatre mois plus tard. (Je me demande, mais je ne dispose d’aucune information, si cette chute était due, en partie, au fait qu’ils ne tenaient plus de journal.)

Les conclusions des deux études sont que le fait d’écrire quotidiennement sur des expériences émotionnellement marquantes peut améliorer notre système immunitaire, vraisemblablement de manière similaire à l’exercice physique, c’est-à-dire en réduisant les substances chimiques que le stress libère dans notre corps.

Cependant, de nombreux psychothérapeutes qui utilisent la rédaction de journaux intimes dans le cadre de leur travail ont remarqué que le simple fait de libérer des émotions ne suffit pas à réduire le stress et peut même l’augmenter. Il est nécessaire de traiter ces émotions – et cela semble être la clé en ce qui concerne le journal intime. Cela vous aide à rester attentif, à structurer et organiser vos pensées, vos sentiments et vos idées qui, autrement, provoqueraient anxiété et stress.

Des chercheurs de la Harvard Business School ont découvert que le journal intime a notamment pour effet de porter son attention sur de petits détails que vous ne remarqueriez peut-être pas autrement. James Pennebaker, un des chercheurs qui a étudié l’impact de l’écriture sur les patients infectés par le VIH, a déclaré que « En écrivant, vous donnez une certaine structure et organisation à ces sentiments d’anxiété. Cela vous aide à les dépasser ».

Et même si, surtout pour les personnes anxieuses, le simple fait d’envisager la création d’un journal peut être intimidant, cela ne devrait pas l’être. Il existe de nombreuses façons différentes de tenir un journal (et aucune « bonne » ou « mauvaise ») et de nombreux livres et articles sur la façon de commencer.

Dans son livre « The Artist’s Way » – accompagné de cahiers d’exercices et de journaux – Julia Cameron encourage les gens à commencer par un rituel matinal consistant à écrire trois pages de flux de conscience. Ryder Carroll, l’auteur de « The Bullet Journal Method » : Track the Past, Order the Present, Design the Future », explique que votre journal peut prendre n’importe quelle forme, même une simple liste de choses à faire aujourd’hui.

Carroll et Cameron s’accordent cependant pour dire qu’il est important de ne pas faire d’autocritique, et tous deux soulignent le fait que personne d’autre ne verra votre journal. « Il n’y a pas de mauvaise façon de rédiger les pages du matin », écrit Cameron. « Elles portent sur tout ce qui vous traverse l’esprit – et elles vous sont destinées. »

La confidentialité est, bien entendu, un élément important et, malheureusement, quel que soit le format choisi, il existe toujours une possibilité que quelqu’un d’autre puisse voir ce que vous avez écrit. Si vous souhaitez vraiment garder vos pensées privées pour vous, soyez sûr de trouver un moyen de tenir votre journal quelque part où personne d’autre ne le trouvera. Sinon, vous risquez de constater que la tenue d’un journal augmente votre stress au lieu de le réduire.

Et là n’est absolument pas le but. Si la tenue d’un journal vous stresse, pour quelque raison que ce soit, accordez-vous la permission de faire une pause – et réfléchissez à la cause. Si vous avez du mal à en analyser les raisons, vous aurez peut-être envie … de les écrire. Rien que pour vous.

Traduit et adapté par courtoisie de NBC News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.