Hyperacousie

hyperacousie

L’hyperacousie, ou hypersensibilité auditive, est un trouble lié à la façon dont le
centre de traitement auditif du cerveau perçoit le bruit qui provoque généralement
douleur et inconfort. Les personnes atteintes d’hyperacousie ont du mal à tolérer les
sons qui ne sont normalement pas forts pour les autres, comme par exemple le bruit
de l’eau qui ruisselle, d’un lave-vaisselle en marche, du trafic, ou encore le fait de
marcher sur des feuilles, mélanger des papiers, etc. Bien que toutes les sonorités
puissent être perçues comme gênantes, cela est particulièrement vrai pour les sons
possédant une fréquence élevée.


Nombreux sont ceux qui ressentent une certaine sensibilité au bruit, mais la véritable
hyperacousie est rare, affectant environ un individu sur 50 000. Elle peut toucher les
personnes de tout âge, dans une oreille ou dans les deux, et elle est souvent
associée à des acouphènes ou à des bourdonnements d’oreilles. Près de 16 millions
de Français souffrent d’acouphènes; on estime qu’un sur mille souffre également
d’hyperacousie. Il est possible d’avoir à la fois des acouphènes et une hyperacousie.
Il n’est pas surprenant que l’hyperacousie puisse avoir un impact majeur sur la
qualité de vie des personnes affectées. Pour ceux qui ont une forte intolérance aux
sons, il est difficile et parfois même impossible de vivre dans un environnement
ordinaire à cause de tous les bruits ambiants qui l’accompagnent. Ceci explique
pourquoi l’hyperacousie peut conduire au retrait, à l’isolement social, à la crainte de
divers sons (phonophobie) ou à la dépression.


Quels sont les symptômes de l’hyperacousie ?


Les symptômes de l’hyperacousie peuvent inclure:


● La sensibilité aux sons du quotidien, affectant généralement une oreille pour
ensuite atteindre les deux
● L’intolérance d’environnements et situations ordinaires
● La douleur ou l’inconfort physique vis-à-vis de certains sons
● L’isolation


Quelles sont les causes de l’hyperacousie ?


Les gens ne naissent pas avec l’hyperacousie, mais il est possible de développer
une hypersensibilité auditive au cours de sa vie. Bien qu’il soit rare d’identifier une
cause en particulier, il en existe plusieurs probables:


● Blessure à la tête
● Exposition prolongée à des bruits forts
● Détérioration des oreilles due à des médicaments ou toxines
● Maladie de Lyme
● Infections virales impliquant l’oreille interne ou le nerf facial (paralysie de Bell)
● Troubles de l’articulation temporo-mandibulaire (TMJ)
● Déclenchement d’airbags


Il existe un large panel de troubles neurologiques pouvant être associé avec
l’hyperacousie, tels que:


● Le trouble de stress post-traumatique (TSPT)
● Le syndrome de fatigue chronique
● La maladie de Tay-Sachs (une maladie héréditaire rare qui détruit les cellules
nerveuses du cerveau et de la moelle épinière)
● Certaines formes d’épilepsie
● La dépendance au Valium
● Les migraines
● La dépression
● L’anxiété, les sautes d’humeur, l’augmentation du rythme cardiaque, la
transpiration…


L’hyperacousie peut être observée chez les enfants atteints de paralysie cérébrale,
de lésions cérébrales (souvent accompagnées d’autres sensibilités sensorielles) et
chez certains enfants autistes.


Si vous pensez que vous ou un de vos proches souffrez d’hyperacousie, vous
devriez consulter un ORL (oto-rhino-laryngologiste). La consultation initiale
comprend souvent une évaluation audiologique complète (avec test auditif) ainsi
qu’un examen des antécédents médicaux. Votre médecin pourra également vous
renseigner sur les découvertes et les traitements.


Quelles possibilités de traitement ?


Il n’existe pas de traitements chirurgicaux ou médicaux spécifiques pour corriger
l’hyperacousie. Cependant, une thérapie par le son peut être mise en place afin de
réentraîner le centre de traitement auditif du cerveau et ainsi l’amener à accepter les
sons du quotidien. Dans ce cas, votre médecin vous demandera de porter un
appareil sur l’oreille affectée ou sur les deux oreilles, qui produira un son doux et
statique (bruit blanc) à peine audible. La thérapie par le son peut prendre jusqu’à 12
mois, améliorant souvent la tolérance au son.


Les tests auditifs pour l’hyperacousie peuvent indiquer une sensibilité auditive
normale, mais cela ne signifie pas qu’une personne atteinte pourra entendre mieux
que les autres. Le “recrutement” est un autre type de sensibilité au son, qui rend les
sons faibles inaudibles et déforme les sons forts ou les rend intolérables. Par
exemple, une personne atteinte de « recrutement » peut avoir une perte auditive
inférieure à 50 décibels. Conjointement, un son supérieur à 80 décibels peut être
intolérable, ce qui restreint énormément la plage d’audition de la personne.


Quelles questions poser à son médecin ?


● Quelles sont mes possibilités de traitement pour l’hyperacousie ?
● L’utilisation de coton ou de bouchons d’oreilles peut-elle être efficace ?
● Quels tests devrais-je effectuer ?
● Faut-il que je réalise une IRM afin d’écarter les causes courantes
d’hyperacousie ?
● Le traitement de mes problèmes d’anxiété pourrait-il être utile ?
● Des médicaments efficaces sont-ils disponibles ?

N.B – Traitements pour l’hyperacousie


A l’heure actuelle, il n’y a pas de traitement médical ou chirurgical appliqué
spécifiquement pour l’hyperacousie. Par contre, il existe de nombreuses méthodes
visant à aider les personnes qui en souffrent. Beaucoup sont similaires à celles
utilisées pour traiter les acouphènes.


La thérapie par le son consiste à entraîner le cerveau afin qu’il accepte les sons du
quotidien. Cela implique d’utiliser un appareil générateur de bruit sur la ou les
oreille(s) affectée(s) pour une durée minimale de deux heures par jour. Pour assurer
le confort du patient, l’appareil produit un son doux et statique (bruit blanc ou bruit à
large bande) à peine audible. La thérapie par le son peut durer jusqu’à 12 mois, et
améliore bien souvent la tolérance au son. La thérapie par le son peut également
passer par une assimilation contrôlée du bruit qui est spécifiquement intolérable,
plutôt que d’utiliser un son doux. Cela commence généralement par l’écoute du bruit
à un niveau sonore tolérable qui est ensuite graduellement augmenté durant la
thérapie.


La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est utilisée pour traiter
l’hyperacousie en plus de la dépression, de l’anxiété, du trouble de stress
post-traumatique et d’autres altérations. Cette thérapie se focalise sur la
restructuration des réactions négatives et sur la reprise de contrôle face à la
maladie. Se basant sur le traitement des acouphènes, la TCC pour l’hyperacousie
comprend une phase d’éducation, un entraînement à la relaxation, une exposition
aux sons spécifiquement prescrite et une thérapie cognitive pour réduire le stress et
les croyances associées à l’écoute de certaines sonorités.


Comme pour les acouphènes, le traitement actif de l’hyperacousie a pour objectif
d’aider le patient à identifier la relation entre un son intense et sa réaction à ce
dernier, notamment grâce un accompagnement sur les pensées et émotions
ressenties, sur l’audition et la communication, ainsi que sur le sommeil et la
concentration.


Une protection auditive peut être portée pour atténuer l’inconfort provoqué par
l’hyperacousie. Il en existe de nombreux types, tels que les bouchons d’oreille en
mousse, ceux faits de silicone ou de mastic, les casques antibruit, ou encore les
bouchons conçus sur mesure pour s’adapter à l’oreille de la personne

Traduction de courtoisie par François Kluba depuis MacGovern medical school

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *