Émotionsmisère affectivepolytraumatransmission générationnelleTraumatisme

J’ai mal à mes parents!

LINE CARON – Mercredi, 8 mai 2019 05:00 – MISE À JOUR Mercredi, 8 mai 2019 05:00

Ces derniers jours, une petite fille est morte. Combien d’enfants meurent dans leur cœur tous les jours et deviennent des adultes qui survivent en traînant en dedans d’eux cet immense vide d’amour? Les grands-parents, les parents et leurs enfants après eux ont souffert de négligence, de misères affectives, de dépression, de toxicomanie, de violence, enfin de tous ces traumatismes vécus dans les familles ordinaires.

Pour la majorité des professionnels qui œuvrent auprès des familles, que cela soit dans le domaine de la santé, scolaire, de la justice ou autre, une évidence se pointe rapidement. Ils ont accueilli les parents et ils accueillent maintenant leurs enfants. La misère affective se transmet-elle de génération en génération? Force est de constater que c’est une réalité pour beaucoup de personnes souffrantes, de polytraumatisés familiaux. Alors, on fait quoi? Chercher un coupable et punir? Dans le cas de cette petite fille, certainement. Pour toutes les autres victimes anonymes de parents souffrant eux-mêmes de la souffrance de leurs parents, chercher le coupable ne les guérira pas, elles le savent toutes. Par contre, ce que ces gens veulent par-dessus tout, c’est être de bons parents aimants et cesser la répétition du malheur.

Pour cela, ils ont besoin d’aide. Pour qu’un parent comprenne la souffrance qu’il inflige à son enfant, il faut qu’il ressente de nouveau cette douleur sourde et lancinante qui s’est installée en lui depuis qu’il est petit, puisqu’il l’a vécue. Un parent qui reconnaît sa douleur ne la fera pas vivre à son enfant. Combien de fois a-t-on entendu cette phrase qui nous apparaît dans un premier temps sensée: «Mes parents m’ont élevé à la dure, j’en ai eu, des claques, et cela m’a mis du plomb dans la tête»? Pour survivre, il faut bien calmer la douleur. Le meilleur moyen est de se couper de ses émotions afin que rien ne puisse nous atteindre. Vous le devinez, ce parent répétera ce qu’il a vécu, car c’est ce qu’il connaît. D’autres disent: «Jamais je ne ferai comme mes parents!» Pourtant, c’est bien ce qu’ils font sans pouvoir s’en empêcher.

Pour que des «petites martyres de Granby» n’existent plus, il faut PRÉVENIR. Tout le monde le sait, il ne faut pas attendre de saigner avant d’agir. Tous les documents gouvernementaux commencent par: «Il faut d’abord et avant tout prévenir» ou encore: «Il faut prendre le virage préventif». En tant que professionnelle dans le domaine des services sociaux et responsable de la prévention pendant de nombreuses années, j’ai été forcée d’admettre que les écrits restent des vœux pieux pour donner bonne conscience et faire bien paraître, et que le virage préventif, je ne l’ai jamais pris de toute ma carrière. Les services de prévention bien articulés dans le domaine psychosocial sont difficiles à soutenir par les organismes. Pourquoi? Vous ne serez certainement pas surpris si je vous dis que le parent pauvre du système de santé, ce sont les services sociaux et, dans les services sociaux, la prévention.  

Il existe bel et bien des interventions préventives efficaces pour arrêter la transmission générationnelle des souffrances qui sont liées au fonctionnement familial et pour renforcer les compétences parentales. Encore faut-il les connaître et les soutenir, autant administrativement que financièrement, car les effets de la prévention se font voir à long terme et notre système de santé est construit sur une approche médicale de court terme. 

Après 20 ans, il serait temps que le Québec devienne enfin fou de ses enfants, pour qu’ils aient une chance de vivre leur enfance dans une famille capable de répondre à leurs besoins, de génération en génération.

Line Caron, M.S.S., est travailleuse sociale retraitée, praticienne en neurosciences appliquées, auteure, conférencière et formatrice au Québec et en France pour le programme de prévention de la transmission générationnelle des souffrances liées au fonctionnement familial «Une affaire de famille».

Source : Journal de Quebec


Partager, c'est nous soutenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.