Conséquences psychotraumatiquesDépression et anxiétéÉmotionsPassé traumatiqueTSPT

Le diagnostic non-officiel du SSPT Complexe ou pourquoi est-il si difficile d’avoir un diagnostic ?

traumatisme

Je suis une femme de quarante-deux ans, hantée par une maladie psychologique depuis aussi longtemps que je me souvienne, et pourtant ce n’est qu’au cours des deux dernières années que je suis devenue consciente de ce trouble complexe. Aucun spécialiste de la santé mentale ne m’en a jamais parlé. La seule raison pour laquelle j’en connais le nom, et reconnais ces symptômes comme étant les miens, est que j’ai fait mes propres recherches pour essayer de me guérir. Pourquoi est-il si difficile de trouver un diagnostic qui explique en détail les symptômes uniques avec lesquels nous vivons et avec lesquels nous devons apprendre à survivre chaque jour ?

On m’a diagnostiqué une dépression avec anxiété généralisée en 2000. Ce diagnostic est resté le même au cours des dix-neuf dernières années, mais pour moi, il n’a jamais suffi à expliquer la gravité des nombreux symptômes dont je souffre. L’intensité même des émotions ; la déconnexion constante et la solitude, comme si j’interagissais avec le monde à travers une pellicule de verre ; les flash-back émotionnels causés par les chansons à la radio (notamment la musique des années 80 que tout le monde semble aimer et qui n’est autre que la musique de mon enfance maltraitée), un nom si douloureusement familier ou le fumet de certains plats ; les relations interpersonnelles qui semblent si faciles pour tout le monde, mais qui pour moi sont parsemées de pièges de méfiance, de signaux d’alarme et de cette manie paradoxale de ne jamais en faire cas pour certaines personnes, puis de retomber dans la violence.Je savais que je ne cheminais pas dans ce monde de manière ” normale “, mais je ne comprenais pas, ni n’arrivais à m’expliquer pourquoi. J’en était venue à la même conclusion que les nombreuses personnes qui ont travaillé ou interagi avec moi – j’étais juste bizarre.

Pendant longtemps, j’ai cru que j’avais un trouble de la personnalité limite, uniquement parce que je ressens les émotions avec une intensité qui frise le ridicule. La musique est mon principal déclencheur. Je vis les chansons comme sur un grand huit, chacune me rappelle une personne, un souvenir, une situation réelle ou imaginaire. J’ai tendance à écouter la musique en voyage, donc c’est toujours rocambolesque ! Je regarde mon chat, et je pleure parce que je l’aime tant. J’ai un énorme sentiment d’abandon dû à différents événements de ma vie et je me sens particulièrement anxieuse et apeurée dans mes relations. Mais…. beaucoup de points ne me parlaient pas. Je me demandais si je n’étais pas une personne avec un trouble de la personnalité ‘’tranquille’’. Je n’avais aucun problème avec ces diagnostics et j’étais prête à accepter que je ne rentrais pas tout à fait dans les cases, mais je ne me sentais toujours pas bien.

Un jour, j’ai demandé à un thérapeute quel était mon diagnostic, et il m’a demandé pourquoi j’en avais besoin. Il m’a dit que les étiquettes n’aidaient personne à se rétablir et n’avaient aucune incidence sur le traitement. À l’époque, je n’étais pas assez sûre de moi pour lui soutenir qu’il était important pour moi de savoir. Je voulais une explication concrète des raisons pour lesquelles je me sentais si différente. Une étiquette m’aurait aidée, surtout à l’ère des groupes de soutien Internet et des pages Facebook.

Je crois que la plupart des gens sont plutôt intéressés pour rechercher de l’information concernant leurs symptômes personnels, et comme le soutien psychologique est souvent difficile à trouver, ces groupes peuvent littéralement sauver des vies. Je ne comprends pas pourquoi les services de santé mentale n’en tiennent pas compte et ne veulent pas ‘’étiqueter’’ les gens. Cela ne devrait-il pas être un choix personnel ? Donner un nom à quelque chose peut aider à comprendre, au lieu d’avoir une série de symptômes qui n’ont aucun sens séparément. Certes, le SSPT complexe n’est toujours pas un diagnostic officiel que les professionnels de santé mentale peuvent poser, mais je suis convaincue qu’il y avait plus que de la dépression dans mon diagnostic. Je souhaitais connaître leur opinion sur les choses personnelles que j’avais partagées avec eux et discuter d’un diagnostic au sein d’une équipe.

Je ne me souviens pas de la première fois où j’ai appris que le SSPT complexe existait. C’était peut-être dans un article lu sur une page Facebook, mais je sais que c’était purement par hasard et que je savais que c’était ce dont je souffrais. Je me suis sentie tellement soulagée, sachant qu’il y avait un nom spécifique pour tous mes symptômes et que d’autres personnes ressentaient la même chose.Je ne me sentais plus si “anormale” parce qu’il y avait une très bonne explication à la façon dont je voyais le monde et interagissait avec. Ce n’était pas de ma faute, et je n’étais pas ”folle”. Le simple fait de savoir a été comme une thérapie en soi car cela m’a enlevé un énorme poids. Et, tout comme pour un diagnostic physique, une fois que vous savez ce qui dont vous souffrez, vous pouvez commencer à travailler dessus. J’ai fait des recherches dans des articles et sur YouTube pour trouver des vidéos à ce sujet, beaucoup d’entre elles provenant de personnes aux prises avec les mêmes maux.Maintenant, quand je vois mon thérapeute (privé), je le considère comme une collaboration parce que je sais sur quoi je dois travailler et pourquoi je suis affectée par certaines choses. J’entraîne la partie logique de mon cerveau à agir comme un videur de boîte à chaque fois qu’il détecte un problème, à faire une pause, à regarder l’émotion ressentie, à tenter de savoir d’où elle vient et à réaliser qu’elle va passer. Ce n’est pas si difficile en général de ressentir l’émotion – je ne me force plus à le refouler en me disant que je suis ” une idiote “. Cela m’a permis à faire preuve de plus de compassion envers moi-même parce que la personne qui souffre le plus, c’est la petite fille à qui l’on a fait ressentir qu’elle était inférieure aux autres.

J’espère vraiment que le syndrome de stress post-traumatique complexe deviendra un diagnostic courant car il est indispensable qu’il le soit. Je me considère chanceuse de l’avoir découvert par hasard, mais je me demande pourquoi on devrait compter sur la chance pour trouver la guérison, le soutien et la solidarité avec les autres victimes de violence.


Traduit avec courtoisie : CPTSD Foundation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.