Les souvenirs de traumatismes sont uniques en raison de la façon dont le cerveau et le corps réagissent à la menace

souvenirs traumatiques

La plupart des expériences que vous vivez ne laissent aucune trace dans votre mémoire. Apprendre de nouvelles informations demande souvent beaucoup d’efforts et de répétitions – imaginez étudier pour un examen difficile ou maîtriser les tâches d’un nouvel emploi. Il est facile d’oublier ce que vous avez appris, et se rappeler des détails du passé peut parfois être difficile.

Mais certaines expériences passées peuvent vous hanter pendant des années. Il est impossible d’oublier des événements qui mettent votre vie en danger, comme se faire agresser ou échapper d’un incendie, et ce malgré tous vos efforts. (…) Comment les psychiatres et les neuro-scientifiques comme moi comprennent-ils que les traumatismes du passé peuvent rester présents et persister dans nos vies à travers les souvenirs ?

Le corps réagit automatiquement à la menace

Imaginez que vous soyez confronté à un danger extrême, comme être tenu en joue. Tout de suite, votre rythme cardiaque augmente. Vos artères se resserrent, dirigeant davantage de sang vers vos muscles, qui se tendent en prévision d’une éventuelle lutte pour la vie ou la mort. La transpiration augmente, pour vous rafraîchir et améliorer la capacité de préhension des paumes et des pieds pour une meilleure traction en vue de la fuite. Dans certaines situations, lorsque la menace est insurmontable, vous pouvez vous figer et être incapable de bouger.

Les réactions à la menace sont souvent accompagnées d’une série de sensations et de sentiments. Les sens peuvent s’aiguiser, ce qui contribue à amplifier la détection et la réaction à la menace. Vous pouvez ressentir des picotements ou des engourdissements dans vos membres, ainsi que des essoufflements, des douleurs thoraciques, des sensations de faiblesse, des évanouissements ou des vertiges. Vos pensées peuvent s’emballer ou, à l’inverse, vous pouvez ressentir une absence de pensées et vous sentir détaché de la réalité. La terreur, la panique, l’impuissance, le défaut de contrôle ou le chaos peuvent prendre le dessus.

Ces réactions sont automatiques et ne peuvent pas être arrêtées une fois qu’elles sont initiées, indépendamment des sentiments ultérieurs de culpabilité ou de honte liés à l’absence de combat ou de fuite.

Le cerveau dispose de deux voies pour réagir au danger

Au cours des dernières décennies, la recherche biologique a fait des progrès significatifs dans la compréhension de la façon dont le cerveau réagit à une menace. Les réactions de défense sont contrôlées par des systèmes neuronaux que les êtres humains ont hérités de nos lointains ancêtres évolutionnaires.

L’amygdale – en rouge – est impliquée dans le traitement des émotions. Bases de données des sciences de la vie, CC BY-SA

L’un des acteurs clés est l’amygdale, une structure située au plus profond du lobe temporal médian, de chaque côté du cerveau. Elle traite les informations sensorielles de menace et envoie des signaux à d’autres sites du cerveau, comme l’hypothalamus, qui est responsable de la libération d’hormones de stress, ou les zones du tronc cérébral, qui contrôlent les niveaux de vigilance et les comportements automatiques, y compris l’immobilité ou la paralysie.

Les recherches menées sur les animaux et, plus récemment, sur l’homme suggèrent l’existence de deux voies possibles par lesquelles l’amygdale reçoit des informations sensorielles. La première voie, appelée voie basse, fournit à l’amygdale un signal rapide, mais imprécis, provenant du thalamus sensoriel. Ce circuit serait responsable des réponses immédiates et inconscientes à la menace.

La voie haute passe par les zones sensorielles corticales et fournit des représentations plus complexes et détaillées de la menace à l’amygdale. Les chercheurs pensent que la route haute est impliquée dans le traitement des aspects des menaces dont une personne est consciemment consciente.

Le modèle des deux routes explique comment les réponses à une menace peuvent être initiées avant même que l’on en prenne conscience. L’amygdale est interconnectée avec un réseau de zones du cerveau, dont l’hippocampe, le cortex préfrontal et d’autres, qui traitent tous différents aspects des comportements de défense. Par exemple, vous entendez une forte détonation et vous vous immobilisez momentanément – ce serait une réaction de la voie basse. Vous remarquez quelqu’un avec une arme à feu, vous balayez immédiatement votre environnement pour trouver une cachette et une issue de secours – ces actions ne seraient pas possibles sans l’intervention de la voie haute.

Deux types de souvenirs

Les souvenirs traumatisants sont intensément puissants et se présentent sous deux formes.

Lorsque nous parlons de souvenirs, la plupart du temps nous faisons référence à des souvenirs conscients ou explicites. Cependant, le cerveau est capable d’encoder en parallèle des souvenirs distincts pour un même événement – certains explicites et d’autres implicites ou inconscients.

Un exemple expérimental de souvenirs implicites est le conditionnement de la menace. En laboratoire, un stimulus toxique tel qu’un choc électrique, qui déclenche des réactions innées à une menace, est associé à un stimulus neutre, comme une image, un son ou une odeur. Le cerveau forme une forte association entre le stimulus neutre et la réponse à la menace. Cette image, ce son ou cette odeur acquiert alors la capacité de déclencher des réactions de menace inconscientes et automatiques – en l’absence de choc électrique.

C’est comme le chien de Pavlov qui salive quand il entend la cloche du repas, mais ces réactions conditionnées à la menace sont généralement formées après un seul appariement entre le véritable stimulus menaçant ou dangereux et un stimulus neutre, et durent toute la vie. Il n’est donc pas surprenant que ces réactions conditionnées favorisent la survie. Par exemple, après s’être brûlé sur un four chaud, un enfant se tiendra probablement à l’écart du four pour éviter chaleur et douleurs.

Des études montrent que l’amygdale est essentielle pour encoder et stocker les associations entre stimulus dangereux et neutre, et que les hormones du stress et les médiateurs – tels que le cortisol et la noradrénaline – jouent un rôle important dans la formation des associations de menaces.

Les chercheurs pensent que les souvenirs traumatiques sont une sorte de réponse conditionnée à la menace. Pour le survivant d’un accident de vélo, la vue d’un camion s’approchant rapidement et ressemblant à celui qui l’a percuté peut provoquer l’accélération du cœur et la transpiration. Pour le survivant d’une agression sexuelle, la vue de l’auteur ou d’une personne qui lui ressemble peut provoquer des tremblements, un sentiment de détresse et une envie de se cacher, de s’enfuir ou de se battre. Ces réactions sont déclenchées, qu’elles s’accompagnent ou non de souvenirs conscients du traumatisme subi.

Les souvenirs conscients du trauma sont encodés par divers sites du cerveau qui traitent différents aspects de l’expérience. Les souvenirs explicites d’un traumatisme reflètent la terreur de l’expérience originale et peuvent être moins organisés que les souvenirs acquis dans des conditions moins stressantes. Ils sont généralement plus vivants, plus intenses et plus persistants.

Une fois les souvenirs créés

Les souvenirs sont des phénomènes biologiques et, en tant que tels, sont dynamiques. L’exposition à des indices qui déclenchent le rappel ou la récupération de souvenirs traumatiques active les systèmes neuronaux qui stockent les souvenirs. Cela inclut l’activation électrique des circuits neuronaux, ainsi que les processus intracellulaires sous-jacents.

Les mémoires réactivées sont susceptibles d’être modifiées. Le caractère et la direction de cette modification dépendent des circonstances de la personne qui se souvient du souvenir. La récupération de souvenirs traumatiques implicites ou explicites est généralement associée à des niveaux de stress élevés. Les hormones de stress agissent sur les circuits cérébraux activés et peuvent renforcer le souvenir original du traumatisme par un phénomène connu sous le nom de reconsolidation de la mémoire.

Il existe des stratégies cliniques pour aider les personnes à se reconstruire après un traumatisme émotionnel. Un facteur essentiel est le sentiment de sécurité. La récupération des souvenirs traumatiques dans des conditions sécurisantes, lorsque les niveaux de stress sont relativement faibles et sous contrôle, permet à l’individu d’actualiser ou de réorganiser l’expérience traumatique. Il est possible de relier le traumatisme à d’autres expériences et de diminuer son impact destructeur. Les psychologues appellent cela la croissance post-traumatique.

Considérer les circonstances dans lesquelles les souvenirs traumatiques sont rappelés, que ce soit au cours de la thérapie, lors d’enquêtes policières, d’audiences au tribunal ou de témoignages publics est un impératif éthique. Le rappel d’un traumatisme peut faire partie du processus de reconstruction mais peut aussi entraîner un nouveau traumatisme, une persistance et des effets préjudiciables continus de ces souvenirs traumatiques.

Auteur – Jacek Debiec : Professeur assistant / Département de psychiatrie ; Professeur assistant de recherche / Institut des neurosciences moléculaires et comportementales, Université du Michigan

Traduit par courtoisie depuis The Conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.