Procrastination et TSPT Complexe

traumatisme et procrastination

Selon les études de McCown et Roberts (1994) concernant la relation entre procrastination et symptômes psychologiques, parmis 8 groupes cliniques, le groupe de personnes souffrant de tspt est arrivé deuxième en termes de procrastination, et notamment les survivants de l’inceste. Ils ont émis l’hypothèse selon laquelle cela serait dû à une vision tronquée de l’avenir. (Procrastination and Task Avoidance: Theory, Research, and Treatment – By Joseph R. Ferrari, Judith L. Johnson, William G. McCown)

Avez-vous déjà remis à plus tard quelque chose pendant si longtemps qu’il est devenu trop tard pour le faire ? Avez-vous tous ces “il faut que” qui bourdonnent dans votre tête ? Est-ce que vous les portez comme un énorme paquet d’un jour à l’autre ? Et quoi que vous fassiez, vous ne semblez pas être capable de les faire…

Cela peut nous faire nous sentir mal à l’aise, et ajoute à la tonne de honte et de culpabilité que nous portons déjà constamment sur nous.

Avez-vous cette voix intérieure toxique et abusive, qui se fait vraiment entendre ? Tout cet horrible discours blessant sur soi-même… Je les appelle mes démons intérieurs. Ils peuvent vraiment faire de votre vie un enfer.

Il est important de réaliser que si la procrastination n’est pas propre au SSPT complexe, notre SSPT amplifie les choses pour nous. Aujourd’hui, je veux vous expliquer comment cela se produit. Vous connaissez probablement déjà ou avez essayé de nombreux outils et techniques pour vous aider à arrêter de tergiverser, sans grand succès.

Je pense donc qu’il est très utile de savoir pourquoi la procrastination est si difficile à combattre quand on souffre de TSPT. Voici quelques-unes des raisons :

Si vous avez grandi dans un environnement chaotique et violent, dont la négligence émotionnelle, où personne ne vous a fourni de bases. Quand personne ne vous a dit, par exemple, qu’une fois que vous auriez fait vos devoirs, vous pourriez sortir et jouer. Ou quand il n’y avait personne pour vous qui, une fois une tâche accomplie, était fier de vous, célébrait avec vous, alors on vous privait de votre sentiment de dignité et il vous manquait ce sens de l’importance de l’accomplissement des tâches.

Il vous manque ce muscle dans votre cerveau – ce muscle “je peux faire ” ou “je peux parvenir à accomplir”. Il est important que nous considérions notre cerveau comme un muscle que nous pouvons entraîner. (neuroplasticité) Comme lorsque nous commençons à entraîner les muscles de nos jambes, par exemple, nous commençons avec de petits poids, ou lorsque nous commençons à nous entraîner pour un marathon, nous commençons avec de petites distances…

Commencez à travailler sur des tâches qui sont vraiment courtes et rapides à réaliser. Ainsi, il est rapide de les retirer de votre liste de “choses à faire”. C’est important, car une autre difficulté liée au SSPT complexe est que nous n’avons pas de chronomètre.

Il s’accompagne de ce sentiment fort que cette activité ou cette tâche durera … pour toujours.

Comme pendant notre enfance – Nous sommes passés d’une situation de maltraitance à une autre et il n’y a jamais eu de soutien pour nous aider à y mettre fin. Aujourd’hui, nous avons le sentiment que tout va durer pour toujours.

Nous remettons à plus tard des tâches qui nous incommodent, dont nous ne nous sentons pas à l’aise ou nous avons peur de faire … et cela alimente notre système de croyances qui dit : “Je ne suis pas assez bon”, “Je n’arriverai jamais à rien”, “Je suis un raté”… de fortes émotions lourdes et douloureuses…

Donc, en général, quand nous tergiversons, nous ne parlons pas de tâches qui nous apportent de la joie et que nous aimons faire.

En voici un exemple :

Quand je suis sérieusement en train de procratiner, mais je dois absolument écrire ma thèse pour mon doctorat. Ce n’est pas ce sur quoi je vais commencer à travailler. Parce que ma thèse est comme mon marathon. Donc, quand on travaille sur la procrastination, il est vraiment important de commencer par des petites tâches faciles. Des tâches qui peuvent être faites très rapidement. J’avais donc une liste de choses à faire et j’y avais inscrit des choses que je ferais certainement de toute façon ou avec très peu de résistance, par exemple, m’habiller, boire un verre d’eau, etc. Ou si vous êtes aussi étudiant, essayez de décomposer les choses en petites tâches : aujourd’hui, j’organise mes dossiers, ou je cherche des papiers sur un sujet précis.

En rayant des choses de notre liste, ce sentiment d’accomplissement renforcera notre muscle “j’accomplis des choses”

Mais que faire quand je continue malgré tout de procrastiner ???

Une tâche simple avec laquelle j’avais vraiment l’habitude de me battre est de balayer le sol. C’est juste quelque chose que je n’aimais pas particulièrement faire et j’avais l’impression que c’était une “tâche éternelle”. Vous conviendrez que cela ne prend probablement que dix minutes dans une journée entière – dix minutes !!! Et je n’arrêtais pas de repousser et repousser…

J’ai dû me rappeler sans cesse que cela ne prendra que 10 minutes et que cela me paraît juste être une tâche interminable.

Pour m’aider à me mettre ça dans la tête, je me suis chronométrée. Ainsi, j’ai pu voir que ce ne sont pas des tâches éternelles, c’est juste une sensation de gueule de bois que j’ai à cause du traumatisme de mon enfance.

Le chronométrage m’a aidé à me rappeler qu’il y a un début et une fin à ces tâches. Oui, j’ai vraiment utilisé un chronomètre pour me le prouver 😊

Au début, choisissez des tâches qui peuvent être accomplies en dix à quinze minutes. N’oubliez pas que nous allons commencer à entraîner les muscles avec de petits poids…

Des tâches courtes pour nous aider à entraîner ce muscle “j’accomplis des choses”.

Pour résumer, deux points de blocage importants avec le TSPT :

  • faiblesse ou manque de muscle “j’accomplis des choses” et
  • ce chronomètre interne défectueux qui nous donne l’impression que les choses vont durer éternellement

En plus de cela, nous avons une programmation défectueuse qui nous colle avec :

  • le manque d’estime de soi
  • ce sentiment que l’on n’est pas digne de réussir
  • la crainte que nous ne puissions pas accomplir cette tâche de manière satisfaisante
  • la peur que ce ne soit pas suffisant et
  • le sentiment d’inutilité, d’incapacité et d’impuissance.

Nous devons être très clairs sur le fait que cela fait partie de cette programmation défectueuse que nous avons reçue dans notre enfance. Ce sont des croyances et non des réalités. Maintenant, en tant qu’adultes, nous devons nous donner la permission de changer ces croyances !!!!!

Vous méritez le succès, comme tout le monde ici.

Vous méritez de vous sentir bien comme n’importe qui d’autre.

Vous êtes assez bon et bien comme vous êtes maintenant.

Alors, commençons à remplacer cette programmation défectueuse….

Vous pouvez utiliser des méditations guidées avec des affirmations, enregistrer vos propres affirmations et continuer à les écouter, ou bien accrocher des notes partout dans la maison ou utiliser le rappel sur téléphone, qui dit toujours la même chose :

“Je suis une personne fait les choses” 🙂

Soyez patient avec vous-même lorsque vous renforcez votre muscle “j’accomplis des choses”. Cela prend du temps, comme un entraînement pour un marathon.

Je pense qu’il est important de savoir que nous avons ces points de blocage supplémentaires avec le TSPT complexe. Tous ces traumatismes, les agressions et le manque de soutien tout au long de notre enfance, amplifient vraiment la procrastination. Mais nous pouvons surmonter cela !!!

Notre cerveau a une énorme capacité de changement et nous pouvons vraiment entraîner et reconstruire ces muscles “neuronaux” dans notre cerveau.

Quelle est LA chose que vous allez accomplir aujourd’hui, quoi qu’il arrive ?

Souvenez-vous que nous ne voulons pas faire l’erreur de commencer grand et de nous laisser submerger puis d’abandonner… Alors, quelle est cette tâche rapide et facile à accomplir que vous allez vous engager à accomplir aujourd’hui ?

LE PLUS IMPORTANT 😊

Prenez un long moment pour vous permettre de vous sentir bien dans l’accomplissement de cette tâche.

Vous pouvez être une personne qui fait ce qu’il y a à faire. Même se sentir bien par rapport à la plus courte des tâches – c’est super important 🙂

Vous êtes digne de vous sentir bien, peu importe ce qu’on vous a dit ou ce qu’on vous a fait ressentir dans votre enfance.

D’ici la prochaine fois, je vous envoie beaucoup d’amour et des arcs-en-ciel pour égayer un peu ces moments difficiles

Tanja

Traduit par courtoisie depuis Tanja Windegger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.