sexualitéTSPT/SSPT/ESPT/PTSD

Des répercussions importantes de l’ESPT sur la vie sexuelle et comment y faire face.

traumatisme inceste

La dysphorie post-coïtale, ou le blues post-sexe, peut avoir un impact énorme sur les survivants de traumatismes – même pendant les rapports sexuels agréables.

Lela Vásquez, une survivante de 23 ans, n’a jamais compris pourquoi elle pleurait après avoir eu des rapports sexuels avec des partenaires compréhensifs ou après s’être masturbée. Ce n’est qu’à l’âge de 18 ans, alors qu’elle avait eu de multiples relations sexuelles, qu’elle s’est rendu compte que la dépression profonde qu’elle ressentait après toute expérience sexuelle était liée à son trouble de stress post-traumatique dû aux abus.

Vásquez s’en est occupée seule jusqu’à il y a six mois, lorsqu’elle a appris que son expérience était si courante chez les victimes d’agression sexuelle qu’il y avait même un terme pour y faire référence.

La dysphorie post-coïtale, aussi connue sous le nom de blues post-sexe ou tristesse post-coïtale, fait référence à des sentiments intenses de tristesse, d’agitation ou de colère après un rapport sexuel consenti, ou une masturbation, même agréable et intime . Selon Jill McDevitt, éducatrice en sexualité et sexologue chez CalExotics, une marque de jouets sexuels pour adultes, les symptômes de la dysphorie post-coïtale comprennent “l’anxiété, la dépression, un sentiment de vide, de mélancolie ou des pleurs”.

C’est précisément ce que Vásquez vivait. Bien que la guérison d’un traumatisme sexuel soit rarement – sinon jamais – un processus simple ou prévisible, la recherche montre que l’ESPT peut avoir des répercussions importantes sur la santé physique et psychologique. Cela concerne aussi la vie sexuelle.

Et pourtant, l’impact de l’ESPT sur le bien-être sexuel des survivants est encore largement considéré comme un sujet tabou et, souvent, les problèmes de santé liés au sexe et à l’intimité ne sont pas traités en raison des préjugés.

Il est temps de changer cela.

N’importe qui peut souffrir de dysphorie post-coïtale, mais les études indiquent qu’elle est fortement liée à des antécédents d’agression sexuelle.

Quarante-six pour cent des femmes ont déclaré avoir souffert de dysphorie post-coïtale au moins une fois au cours de leur vie, selon une étude réalisée en 2015 par la revue Sexual Medicine, et les antécédents d’abus sexuel chez les enfants se sont révélés être le facteur le prépondérant. Des expériences de violence physique, psychologique et sexuelle à l’âge adulte semblent également être des facteurs de risque. De plus, de nouvelles recherches publiées dans le Journal of Sex and Marital Therapy montrent que les antécédents de maltraitance sexuelle chez les enfants sont associés à une dysphorie post-coïtale chez les hommes.

Bien que la dysphorie post-coïtale ne soit pas largement reconnue, elle représente une réponse courante et normative au traumatisme, a déclaré Patti Feuereisen, fondatrice de GirlThrive et psychologue auprès de survivants depuis plus de 30 ans.

Beaucoup de survivants se dissocient ou, pour ainsi dire, se ” déconnectent ” au moment de l’agression, et ce sentiment peut persister bien des années après, dit Feuereisen. En fait, la dissociation est l’un des symptômes courants de l’ESPT, ce qui fait que les victimes ont plus de difficulté à se sentir en contact avec elles-mêmes, leur corps, leurs proches et le monde qui les entoure.

Pour de nombreuses victimes atteintes d’ESPT, le simple fait d’être présent durant les rapports sexuels peut être douloureux et déclencheur sur le plan émotionnel – même lorsqu’elles ont un partenaire qui les soutient et les respecte.

Les survivants peuvent avoir des flashbacks liés au syndrome de stress post-traumatique pendant les rapports sexuels, ce qui peut faire naître un blues post-sexe.

“La dysphorie post-coïtale est plus fréquente chez les victimes d’agression sexuelle, explique Stefani Threadgill, sexothérapeute du Texas, parce que les souvenirs du traumatisme sont stockés dans les parties du cerveau associées à la survie – l’amygdale et l’hypothalamus – qui peuvent se déclencher pendant une expérience sexuelle “.

Les experts s’entendent pour dire que les soins personnels réguliers, tant dans la chambre qu’à l’extérieur, sont un élément clé pour surmonter ce problème.

“Il faut s’arrêter tout de suite… prendre soin de soi, peu importe ce que l’on fait”, dit Feuereisen. ” Votre partenaire peut se lever et vous apporter une tasse de thé. Ceci va commencer à restructurer et à transformer l’expérience.”

Le fait de transformer une expérience traumatisante – ou de redéfinir une situation négative en une situation positive – peut être stimulant et bénéfique.

L’une des façons d’y parvenir est de pratiquer l’intimité intentionnelle pendant une vingtaine de minutes avec son partenaire ou par soi-même, dit Feuereisen. En termes simples, l’intimité intentionnelle consiste à réserver du temps dans un emploi du temps chargé pour stimuler la connexion – qu’elle soit sexuelle, émotionnelle, physique ou spirituelle – entre vous ou pour vous-mêmes.

“Avec l’intimité intentionnelle, on peut choisir ce que l’on veut, c’est tout. Pour les survivants, c’est une chose merveilleuse “, dit Feuereisen. ” Vous devez réapprendre à jouir de votre sexualité. Pour être bien, il faut passer par ces sentiments,[et] vous ne pouvez plus vous dissocier de ces émotions.”

McDevitt adopte une approche similaire avec les personnes souffrant de dysphorie post-coïtale. “Nous nous efforçons de qualifier ce que l’on entend par ” joyeux et détendu ” et ce à quoi cela ressemble, si la personne recherche une sensation de joie et de détente après les rapports sexuels”, a-t-elle dit. “Ensuite, nous revenons en arrière, divisant notre objectif en étapes successives.”

Summer, une survivante de 41 ans, a vécu avec une dysphorie post-coïtale liée à l’ESPT pendant près de 13 ans. (…) Elle se sentait “morte à l’intérieur” et elle tremblait et pleurait de façon incontrôlable, dit-elle. Mais une grande partie de son processus de guérison a consisté à reconstruire ses expériences sexuelles avec une personne aimée en qui elle avait confiance.

“Avec le temps, et un partenaire bienveillant, aimant et compréhensif, j’ai appris à me sentir en sécurité et valorisée”, a dit Summer, ajoutant que cela fait environ dix ans depuis sa dernière crise de dysphorie post-coïtale.

Bien que la honte entourant les troubles psychologiques et la santé sexuelle persiste, il n’y a aucune honte à faire appel à un professionnel de la santé pour le blues post-sexe.

“J’ai encore beaucoup de mal avec la dysphorie post-coïtale, mais mon idée est d’accepter les émotions, d’attendre que la vague passe et de planifier en conséquence”, explique Vásquez. “Apprendre à faire face à ma dysphorie post-coïtale a indéniablement fait partie de mon processus de rétablissement post-traumatique.”

Le blues post-sexe ne signifie pas qu’un survivant atteint d’ESPT est détruit ni qu’il est “endommagé”. Ce n’est pas un signe de défaillance psychologique. La dysphorie post-coïtale signifie simplement que le processus de transformation est en cours et que, par-dessus tout, la personne est un être humain.

” La chose la plus importante à retenir ici est que vous devez vous réapproprier votre propre pouvoir si vous avez subi un traumatisme sexuel “, dit Feuereisen. ” Quand vous y travaillerez, vous aurez parfois des moments où la dysphorie post-coïtale reviendra, mais ce ne seront que quelques instants.”

Traduit et adapté par courtoisie de Huffpost

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.