Le cannabis soulage temporairement les symptômes du SSPT

thc et trauma

Résumé : Le cannabis réduit de plus de moitié la gravité des symptômes à court terme chez les personnes souffrant de SSPT. La consommation de cannabis réduit les pensées intrusives d’un événement traumatique de 62 %, les flashbacks de 51 %, l’irritabilité de 67 % et l’anxiété de 57 % chez les personnes souffrant de SSPT. Toutefois, la baisse des symptômes n’est pas permanente.

Les personnes souffrant de troubles de stress post-traumatique déclarent que le cannabis réduit la gravité de leurs symptômes de plus de la moitié, du moins à court terme, selon une étude récente dirigée par Carrie Cuttler, professeur adjoint de psychologie à l’université de l’État de Washington.

Cuttler et ses collègues ont analysé les données de plus de 400 personnes qui ont enregistré les changements de leurs symptômes de stress post-traumatique avant et après la consommation de cannabis avec Strainprint, une application développée pour aider les utilisateurs à apprendre quels types de cannabis médical fonctionnent le mieux pour leurs symptômes. Le groupe a utilisé l’application collectivement plus de 11 000 fois sur une période de 31 mois.

L’étude, récemment publiée dans le Journal of Affective Disorders, montre que le cannabis a réduit la gravité des intrusions, des pensées récurrentes d’un événement traumatique, d’environ 62 %, les flashbacks de 51 %, l’irritabilité de 67 % et l’anxiété de 57 %. Néanmoins, ces diminutions de symptômes ne sont pas permanentes.

“L’étude suggère que le cannabis réduit effectivement les symptômes du SSPT de manière significative, mais qu’il pourrait ne pas avoir d’effets bénéfiques à plus long terme sur la condition sous-jacente”, a déclaré Cuttler. “En travaillant avec ce modèle, il semble que le cannabis masquerait temporairement les symptômes, agissant un peu comme un pansement, mais une fois la période d’intoxication passée, les symptômes peuvent revenir”.

Le SSPT est un trouble dont souffrent les personnes qui se remettent d’événements traumatiques et touche les femmes à un taux environ deux fois plus élevé que les hommes, avec une prévalence de 9,7 % à 3,6 %, respectivement au cours de la vie. Bien qu’une thérapie soit recommandée comme traitement principal, Cuttler a indiqué qu’il y a de plus en plus de preuves que de nombreuses personnes souffrant de PTSD s’automédicamentent avec du cannabis.

“Beaucoup de personnes souffrant de stress post-traumatique semblent se tourner vers le cannabis, mais la littérature sur son efficacité pour gérer les symptômes est un peu rare”, a déclaré Cuttler.

Cette étude donne un aperçu de l’efficacité du cannabis sur les symptômes du SSPT, mais comme le notent les auteurs, elle est limitée par le fait qu’elle repose sur un échantillon de personnes qui s’auto-identifient comme souffrant de SSPT. De plus, il n’est pas possible de comparer la baisse des symptômes par les consommateurs de cannabis à un groupe de contrôle utilisant un placebo.

Si des essais cliniques sous placebo ont été réalisés avec le nabilone, une forme synthétique de THC, peu d’entre eux ont examiné les effets de la plante entière de cannabis sur le SSPT.

Dans cette étude, Cuttler et ses collègues ont examiné diverses variables mais n’ont trouvé aucune différence dans l’effet du cannabis avec des niveaux variables de tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD), deux des constituants du cannabis les plus étudiés. Les résultats impliquent que c’est une combinaison de THC, de CBD et peut-être de certaines des nombreuses autres parties de la plante de cannabis qui crée l’effet thérapeutique. Le cannabis possède de nombreuses molécules qui peuvent créer un effet biologique, dont jusqu’à 120 cannabinoïdes, 250 terpènes et environ 50 flavonoïdes.

“Nous avons besoin de plus d’études sur le cannabis en tant que plante entière car c’est ce que les gens utilisent bien plus que les cannabinoïdes synthétiques”, a déclaré Cuttler. “Il est difficile de faire de solides essais comparatifs contre placebo avec le cannabis à plante entière, mais ils sont quand même vraiment nécessaires”.

À propos de cet article de recherche en neurosciences

Source : Université de l’État de Washington

Contacts pour les médias : Carrie Cuttler – Université de l’État de Washington

Recherche originale : Accès libre

“Short and Long-Term Effects of Cannabis on Symptoms of Post-Traumatic Stress Disorder”. par Carrie Cuttler et al. – Journal of Affective Disorders doi:10.1016/j.jad.2020.05.132

Traduit par coutroisie depuis Neuroscience News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.