Pourquoi il est si difficile de parler des mères auteurs de crimes pédosexuels

mère pédocriminelle

Le tabou qui consiste à dénoncer La Mère nous fout en l’air. Les oncles et les pères sont les plus visés – pour de bonnes raisons, malheureusement, d’après les chiffres – mais il y a aussi des mères qui font du mal. Nous ne nous permettons tout simplement pas d’en parler.

La figure infaillible de la Mère est une question importante qu’il faut s’adresser, mais très difficile à aborder. Nous sommes imprégnés du langage des mères-patries et nous racontons des histoires de super-pouvoirs de la mère qui voit tout, celle qui peut vous voir vous faufiler dans la maison plongée dans l’obscurité après le couvre-feu, ou qui sait que vous avez pris un biscuit supplémentaire alors qu’elle est de l’autre côté de la maison, le dos tourné. C’est à elle que l’on dit de penser, à qui l’on doit intrinsèquement faire confiance selon la science et avec qui on est censé avoir le lien le plus profond. C’est d’elle que nous venons. Elle est notre foyer.

Parfois, cependant, ces attentes – je ne peux pas me résoudre à les appeler des valeurs alors qu’elles ne sont que des outils d’oppression hétéropatriarcale – s’effondrent devant ce que certaines de nos mères sont réellement en tant que personnes.

La disparité entre ce qu’on nous dit que nos mères sont pour nous et ce qu’elles peuvent être en réalité est un abîme qui peut nous scruter profondément, engloutissant nos cœurs et nos esprits avec la simple idée que nous sommes des monstres ingrats et pleurnichards qui n’aiment pas nos mères comme il se doit. Que nous sommes des personnages terribles qui ne savent pas faire face au mensonge que nous sommes censés vivre sans poser de questions. Que nous devrions toujours choisir d’aller de l’avant et de nous entendre.

Cela vous semble familier ?

Sois gentil. Soyez une brave fille/un brave garçon. Joue honnêtement. Les enfants doivent être vus et non entendus. Vous ne faites pas partie de ceux-là, mais vous êtes assez poli. Vous savez que votre mère vous aime.

Et si ce n’est pas le cas ?

Et si elle ne le peut pas ?

Lorsque j’ai suivi une thérapie intensive pour enfin affronter l’agresseur le plus insidieux de mon histoire, j’ai ressenti une immense honte par rapport aux événements que j’allais révéler. Il est vrai que j’avais été parfaitement formée à garder les secrets de famille, mais personne n’a semblé surpris lorsque j’ai déballé les agissements des figures familiales masculines – j’ai eu l’impression que l’attitude des thérapeutes était fondée sur une hypothèse qui était en elle-même hideuse à intégrer dans mon cheminement.

Cependant, quand j’ai été dû invoquer la Mère, quelque chose en moi a résisté. Et a résisté durement. Pendant des années, cela a freiné le processus jusqu’à ce que mon état mental ne puisse plus garder ces secrets ; la vérité devait sortir et, le plus souvent, elle se manifeste bien souvent par des douleurs chroniques et des maladies qui affectent votre vie.

J’ai dû appeler ma mère pour pouvoir aller de l’avant et, pour cela, je me suis sentie comme l’être humain le plus méprisable qui ait jamais vécu. Il existe de nombreux articles remplis d’études et de résultats sur le thème des violences et de la maltraitance des mères envers leurs enfants (il existe aujourd’hui de nombreux livres sur les conséquences pour les enfants d’avoir eu une mère alcoolique, narcissique, etc.) ; cette lecture concerne le moment où votre sainte Mère est présentée sous vos yeux incrédules – par sa communauté, par son église, par le reste de la famille, par la société – comme une personne qui ne pourrait jamais vous faire de mal.

Mais parfois, ce n’est tout simplement pas vrai. Nous devons en parler.

Il y a trop de stéréotypes autour du rôle des mères, en particulier des mères célibataires, qui ne véhiculent que de vils préjugés à l’égard des Mères auxquelles elles se réfèrent. Elles doivent « être parfaites », être « fortes » et ainsi de suite – c’est vraiment la recette d’un désastre peu importe la manière dont vous la servez ; personne ne peut rivaliser avec ces idéaux que nous avons créés pour personnifier l’archétype de La Mère, et ne devraient pas avoir à le faire.

Les gens ne sont pas censés être en compétition avec une icône, et le vécu d’une personne n’est pas plus important que celui d’une autre. Les gens se démènent, surtout les femmes, et cela ne serait-il pas plus facile sans ajouter une barre impossible placée si haut que personne ne peut l’atteindre ? Pour éradiquer ce message d’échec constant qui inonde Nos Mères ? Cela ne crée pas les problèmes entre mères et enfants, mais cela n’aide pas non plus.

C’est peut-être ce système de prétendu culte du héros – où nous pouvons chanter des hymnes d’amour pour la patrie à travers le thème de La Mère, et dénoncer en parallèle, en tant que société, la paresse et l’inaptitude des mères – qui cloue le bec à la maltraitance et aux violences aux mains, aux actes et aux paroles de nos mères.

La Mère a une image plus grande que nature inscrite dans nos esprits depuis la naissance, une figure divine qui nous a littéralement fait naître dans son corps sacré. Nous défaire de cette conception lorsqu’elle nous a causé plus de mal que de bien est un travail énorme, mais nous devons prendre conscience que ce n’est pas parce que notre mère a créé la bouche avec laquelle nous devons dire notre vérité, aussi douloureux que soit le processus pour enfin commencer à avancer, qu’elle en est  la propriétaire.

Les vraies mères, comme tous les vrais parents, savent que nous espérons que nos enfants feront mieux que nous, qu’ils envisageront le monde d’une manière nouvelle que nous n’aurions jamais pu imaginer ; elles comprennent que les enfants sont leur espoir pour l’avenir.

La conception de La Mère est ce à quoi j’ai travaillé pendant des années ; le fait de réaliser que c’était la réalité dans laquelle je vivais m’a guidée vers un endroit où je pouvais chercher l’aide dont j’avais besoin. C’était l’ancienne définition de la folie que je jouais – je continuais à anticiper les réactions de ma mère en espérant qu’elles soient différentes, plus en accord avec le concept de La Mère, mais ce n’est jamais ce qu’elle a été ni ne sera jamais.

Ce fut brutal et cinglant de l’apprendre, de le voir pour ce que c’était, en toute honnêteté. Je continue à me sentir comme une enfant pervertie et sans mère, mais le fait de faire entendre ma vérité a été un commencement.

Traduction de courtoisie depuis The Mighty

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.