cerveaudépression et anxiétémémoire traumatiquesymptomesTSPT/SSPT/ESPT/PTSD

Vous avez des problèmes de mémoire ? Ces deux troubles de santé mentale en sont responsables.

cerveau dépression mémoire

Il y a quelques années, alors que j’étais en pleine crise d’anxiété et de dépression, j’ai terminé un projet que je n’étais pas censé faire parce que j’avais complètement oublié une conversation de travail que j’avais eue avec un collègue. Aie ! Lorsque mon collègue m’a finalement interpellée à ce sujet, je suis restée bouche bée.

Expliquer que j’avais tout simplement oublié notre conversation parce que je traversais une période difficile à ce moment-là me mettait mal à l’aise, était déplacé et, franchement, n’était pas pertinent. Mais maintenant, je réalise que ce que je subissais à ce moment-là, c’était ma maladie mentale qui faisait des ravages et affectait certaines de mes fonctions cognitives de base. Et bien que mon manque de conscience personnelle et de compassion m’ait empêché de comprendre ce qui se passait avant, je suis beaucoup plus consciente des répercussions que ces symptômes ont eu sur moi, car je traverse depuis peu une période semblable, où j’ai de la difficulté à me souvenir des choses.

Comment anxiété et dépression affectent votre mémoire

Selon Elizabeth Beecroft, LMSW (travailleuse sociale agréée) basée à New York, l’anxiété, la dépression et la perte de mémoire sont toutes clairement liées.

” On a établi un lien entre la dépression, l’anxiété et les problèmes de mémoire tels que l’oubli et la confusion. Ces troubles de la santé mentale peuvent aussi rendre difficile la concentration dans le travail, la prise de décision et la réflexion “, dit-elle.

Bien que la dépression et l’anxiété puissent altérer la mémoire, la Dre Amanda Tinkelman, psychiatre travaillant à Brooklyn Minds, un cabinet de santé mentale à Brooklyn, dans l’État de New York, affirme qu’il y a probablement de multiples raisons pour lesquelles cela se produit. ” Lorsqu’une personne souffre de dépression ou de certains troubles anxieux (comme le SSPT), le cerveau semble avoir de la difficulté à encoder ou à enregistrer de nouvelles informations dans la mémoire “, dit-elle. C’est ce qu’on appelle un ” déficit d’encodage primaire “.

Poursuivant son analyse, E.Beecroft affirme que la dépression est liée à une perte de mémoire à court terme, tandis que l’anxiété est liée à une perte de mémoire à plus long terme. ” Des études ont suggéré que les personnes souffrant de dépression peuvent présenter une diminution de la capacité de mémorisation en raison de leurs symptômes de dépression “, dit-elle.

Prenez par exemple certains des symptômes de la dépression, comme la perte d’énergie, la fatigue et le manque de motivation. Selon E.Beecroft, tous ces éléments jouent un rôle dans la façon dont notre cerveau absorbe et stocke cette information afin de créer de nouveaux souvenirs. De plus, des études ont suggéré que les personnes qui, comme moi, sont atteintes d’un trouble d’anxiété généralisée (TAG) ou de troubles de panique, peuvent en fait avoir plus de difficulté à se rappeler leurs souvenirs d’enfance. Cela me semble évident puisque je me souviens très peu de mon enfance – je me suis toujours demandé pourquoi, mais le lien est plus logique maintenant. Mais il n’y a pas que le TAG qui affecte la mémoire. Le stress peut également l’altérer.

” Le stress aigu peut en fait perturber la façon dont notre cerveau recueille les souvenirs “, dit E.Beecroft. Comme l’anxiété est une émotion difficile à gérer et une émotion désagréable à ressentir, il est logique que la perte de mémoire y soit associée.

Si nous ne stockons pas les souvenirs de certains événements, E.Beecroft explique, nous ne ressentirons pas ces émotions. Par conséquent, nous ” faisons face ” inconsciemment pour nous empêcher de nous sentir encore plus angoissés.

Lorsque les gens sont en dépression, ajoute Dr. Tinkelman, il est plus difficile de rassembler l’énergie mentale nécessaire pour rester concentré sur une tâche, ce qui peut nuire à l’encodage primaire. En fait, chez les personnes âgées, la dépression peut ainsi étonnamment ressembler à la démence.

” Si vous posez à une personne âgée souffrant de dépression des questions telles que ” Qui était le président avant le président actuel ? Et qui avant cela, et qui avant cela “, elle est plus susceptible de répondre ” Je ne sais pas ” ou d’abandonner rapidement, comme si elle ne connaissait pas la réponse alors qu’en fait, elle ne peut pas y répondre correctement “, dit-elle.

En revanche, une personne atteinte de démence mais non dépressive est plus susceptible de tenter de répondre, même si sa réponse est incorrecte. Lorsqu’une personne âgée qui semble être atteinte de démence, mais dont les problèmes de mémoire apparents sont en fait dus à la dépression, nous appelons cela une ” pseudodémence “. Ces troubles apparents de la mémoire s’améliorent à mesure que leur dépression s’atténue “, ajoute-t-elle.

Comment anxiété et dépression affectent la consolidation de la mémoire

De plus, Dr. Tinkelman indique que la consolidation de la mémoire après l’encodage d’une nouvelle mémoire présente des défis. “Bien que l’encodage de nouveaux souvenirs requiert un effort mental, la consolidation se fait la plupart du temps automatiquement, souvent pendant le sommeil”, dit-elle. Cela me parle aussi, car mon anxiété et ma dépression ont aussi parfois des répercussions sur mon sommeil. Selon Dr. Tinkelman, les troubles de l’humeur associés à un sommeil perturbé peuvent altérer la mémoire, car notre cerveau consolide et stocke les souvenirs pendant le sommeil.

” Les troubles de l’humeur, comme la dépression ou l’anxiété, modifient l’architecture du sommeil “, dit Dr. Tinkelman. “Dans la dépression par exemple, il y a moins de délai avant le sommeil paradoxal, et une grande partie de la communication entre les parties du cerveau qui consolident les souvenirs se produit pendant le sommeil à ondes lentes, hors sommeil paradoxal, lequel est moins important”.

En résumé, lorsque nous dormons moins pendant les épisodes de dépression, notre mémoire peut être encore plus affectée.

Comment combattre la perte de mémoire en cas de dépression ou d’anxiété

Alors, que faire si vous remarquez que votre anxiété ou votre dépression affecte votre mémoire ? “Lorsque vous souffrez d’un niveau élevé de dépression ou d’anxiété, il est toujours utile de consulter un professionnel [selon votre budget] “, explique E.Beecroft. Vous pouvez par exemple consulter chaque semaine un thérapeute spécialisé dans l’anxiété et la dépression et parler à un psychiatre de la possibilité de prendre des médicaments. ” Pour certains, les médicaments constituent une bonne option, car ils contribuent à réduire le stress au quotidien “, ajoute E.Beecroft.

Bien que le lien entre anxiété, dépression et perte de mémoire ne soit pas souvent évoqué, E.Beecroft considère qu’il est important de savoir que tous ces phénomènes sont liés au fonctionnement de notre cerveau.

“Si nous ne sommes pas au mieux de notre forme émotionnelle parce que nous sommes aux prises avec des symptômes de dépression ou d’anxiété, alors cela joue aussi un rôle dans le fonctionnement de notre cerveau”, dit-elle.

Et si notre cerveau doit faire davantage d’efforts parce que nos fonctions cognitives sont affectées par la dépression et l’anxiété, il est possible qu’il ne puisse pas fournir autant d’efforts dans d’autres domaines, comme l’encodage de la mémoire. Maintenant que je sais cela, je ressens plus de compassion envers moi-même. Et si vous traversez quelque chose de semblable, j’espère que cela vous a aidé aussi.

Traduit par courtoisie de Hello Giggles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.