Le rapport entre la santé de la peau et le trouble de stress post-traumatique

tspt et dermatologie

Si vous avez récemment connu un évènement particulièrement stressant ou traumatisant, il se peut que vous ayez remarqué une dégradation de l’état de votre peau. Il est possible qu’elle soit plus sèche, qu’elle se marque plus facilement ou que vous développiez de l’acné ou de la rosacée. Il s’agit d’une épreuve qui peut s’avérer frustrante et éprouvante, ayant souvent un impact sur la confiance en soi et l’estime de soi.

Mais avez-vous remarqué qu’il existe des indices qui laissent penser que le trouble de stress post-traumatique peut être à l’origine de vos problèmes de peau ? Selon National Rosacea Society – la Société nationale de la rosacée – le stress serait l’un des facteurs déclencheurs le plus fréquent de cette maladie de peau. Il existe un lien fondé entre le corps et l’esprit, et une souffrance mentale peut provoquer une souffrance physique.

Comme le démontrent les études sur le trouble de stress post-traumatique et les maladies de peau, il existe de nombreux points communs entre les deux maux et la façon dont ils se manifestent : de la sensation d’engourdissement de la peau aux lésions auto-infligées, en passant par la dermatillomanie, les troubles alimentaires (ayant des conséquences sur la santé de la peau), l’automutilation ou encore les réactions inflammatoires de la peau dues au stress, telles que le psoriasis. Comme les études le montrent, des inflammations sévères de la peau avec altération ont été signalées par les personnes sujettes à un stress continu et à la privation de sommeil. Selon les chercheurs, le TSPT devrait être considéré comme une cause sous-jacente des maladies chroniques et récidivantes de la peau ou résistantes au traitement cutané.

La science et la connexion cerveau-peau

Dans le cadre d’études récentes, les chercheurs se sont penchés sur le rapport entre le trouble mental de l’alexithymie et l’acné, ce afin de comprendre les liens entre l’esprit et le corps. L’alexithymie est un trait de la personnalité qui se manifeste par des difficultés à exprimer, à décrire ou à comprendre ses émotions. Ce trouble ne s’explique pas tant par des émotions refoulées, que par l’incapacité de communiquer ses émotions ou de les comprendre. Il est depuis longtemps connu que cette incapacité à exprimer ses émotions peut mener à tout type de maladie, de la lombalgie à l’asthme, en passant par les allergies, le syndrome de l’intestin irritable, la fibromyalgie et la nausée. Désormais, un lien avec l’acné a aussi été découvert récemment par les scientifiques.

Dans les cas des individus atteints d’alexthymie, les chercheurs ont découvert que les symptômes psychologiques et physiques sont souvent associés. Ce lien peut impliquer la suractivité des nerfs, en particulier ceux liés aux commandes des gestes volontaires. Le cœur peut aussi battre plus rapidement, mais perdre son efficacité à pomper le sang, et donc à transmettre l’oxygène vers les différents tissus du corps. La peau devient alors un meilleur conducteur électrique, ce qui signifie que tout type de stress dans la peau est ressenti plus rapidement et plus intensément. La peau réagit également plus fortement au stress.

Même chez les personnes ne souffrant pas d’alexthymie, le corps réagit également de cette façon. On peut alors considérer que la peau possède son propre « cerveau ». En effet, étant l’organe le plus étendu du corps humain, il n’est pas surprenant que la peau réagisse de cette manière.

De la même façon, au déclenchement du stress, le cerveau libère une hormone stimulante nommée « corticotrophine », incitant ainsi la sécrétion d’hormones du stress par les glandes surrénales, et la peau libère à son tour une hormone corticotrope de nature stimulante lorsque le stress est ressenti.

Un message est transmis aux cellules cutanées où est stockée une substance inflammatoire, l’histamine, qui va être libérée et transmise aux régions cutanées avoisinantes – comme pour une écharde ou une infection. Cette réaction chimique, qui est le résultat d’une sensibilité accrue du système nerveux, déclenche alors rougeurs, démangeaisons, voire même des boutons.

Quant à la sécheresse de la peau, cela peut provenir de la réponse de l’organisme face au stress, qui consiste à retirer l’hydratation des couches supérieures de la peau pour la maintenir à l’intérieur du corps en cas de situation d’urgence. Si vous êtes dans un état constant de lutte ou de fuite, cela peut se transformer en une situation continue ayant pour conséquence une maladie de peau chronique. La peau perd donc ses capacités naturelles de réparation et de régénération et aura tendance à marquer plus facilement.

Le traitement des problèmes de peau et du TSPT

Il est essentiel d’avoirr immédiatement recours à un suivi psychologique lorsque l’on souhaite traiter le trouble de stress post-traumatique. En effet, une consultation précoce peut faciliter les chances de diminuer la durée de traitement des symptômes liés au trouble.

Il est aussi conseillé de traiter en même temps les problèmes de peau, qui, si négligés, seront susceptibles de provoquer d’autres troubles, tels que l’anxiété sociale ou la dépression.

Lors d’une consultation chez un dermatologue, il est conseillé de l’informer de votre TSPT afin d’échanger sur son impact potentiel sur la peau. Il sera ainsi plus apte à proposer un traitement approprié.

Des études ont montré que les personnes qui consomment des aliments riches en probiotiques sont moins susceptibles de connaitre des problèmes d’anxiété, de dépression et d’acné. Il est possible que cette solution naturelle puisse aider à réduire les problèmes de peau ainsi que les symptômes du TSPT, mais ce n’est pas toujours efficace pour tout le monde. Pour la plupart, cette méthode servira de complément aux traitement avec un praticien qualifié. Elle peut aussi aider à atténuer les symptômes avant le début du traitement du TSPT, pour être dans de meilleures conditions pour commencer la thérapie.

Selon NICE – 2005 et 2011- le suivi thérapeutiques pour les adultes souffrant de trouble de stress post-traumatique, repose en particulier sur la thérapie de désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires – EMDR – et la thérapie cognitivo-comportementale – TCC.

Traduction de courtoisie par Fayza depuis PTSDUK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.